Prochainement

- A l'occasion de son séminaire, Vendredi 14 décembre, le président de OLD'UP invite son ami le Pr Daniel Marcelli neuropsychiatre...
>>> http://www.oldup.fr/atelier/comite-scientifique/883 <<<
 
2 nouveaux livres de la collection OLD'UP, éditions Inpress.
- "Créer sa Vieillesse" par Paule Giron
http://www.inpress.fr/livre/creer-sa-vieillesse/

- "Longévité pour tous : une chance pour chacun, une chance pour la société" sous la direction du Pr Moulias et du Pr Gutton
http://www.inpress.fr/livre/longevite-pour-tous/

Pour revenir à la page d'accueil : cliquer sur le logo bleu OLD'UP en haut au milieu de cette page ou sur http://www.oldup.fr/accueil/827

« Vieillir… Libre » et se faire entendre : des réactions aux évènements.

Nos billets d'humeur, en réaction à des événements du « Terrain », sont publiés ici.
 
ILLECTRONISME : une étude CSA sur l'"illectronisme" '"Illectronisme"... Un mot un peu barbare qui désigne l'illettrisme numérique.  Cette étude a été réalisée en février 2018 par téléphone, auprès de 1.011 Français représentatifs de la population et d'un panel spécifique de personnes âgées de 70 ans et plus (368 au total). Et elle fait état de constats déclarés par OLD'UP depuis 2012 : nouvel illettrisme, fracture due au numérique, isolement.
Environ 23% des Français ne sont "pas à l'aise avec le numérique", déclarant ne jamais naviguer sur Internet ou bien difficilement. Ce taux s'élève à 58% chez les personnes de 70 ans et plus. Près d'un quart des Français (23%) déclarent ne jamais se servir d'Internet ou difficilement et le taux s'élève à 58% chez les personnes de 70 ans et plus. (Pourtant en 2017, le CSA déclare 5,5 écrans possédés par foyer). "Une nouvelle forme de fracture sociale" apparaît selon Philippe Marchal, président du syndicat de la presse sociale, qui a souhaité "sensibiliser" et "permettre une prise de conscience de l'opinion et des pouvoirs publics" en commandant cette étude. La plupart des personnes concernées par cet "illectronisme" renoncent aux achats et démarches administratives en ligne. Une difficulté qui augmentera avec la dématérialisation totale de l'administration voulue par le gouvernement d'ici à 2022.
Quasiment 9 personnes sur 10 possèdent une connexion Internet avec l’ équipement adéquat. Ils l’utilisent majoritairement pour rechercher une information ou envoyer un mail, 16% ne vont jamais ou moins d'une fois par semaine sur Internet, et 7% trouvent la navigation difficile. Parmi ceux qui n'utilisent jamais Internet, 42% trouvent cela trop compliqué, 34% n'ont pas confiance dans la protection de leurs données personnelles, mais la grande majorité (70%) invoque, possiblement conjointement, un manque d'intérêt. Par ailleurs, près d'un tiers des Français (32%), que l'étude nomme "abandonnistes", déclarent avoir déjà renoncé, dans les douze derniers mois, à faire quelque chose parce qu'il fallait utiliser Internet. Ces personnes, qui se retrouvent dans toutes les catégories de la population (de façon équivalente quels que soient le sexe, la catégorie socio-professionnelle, en ville ou à la campagne...), disent renoncer principalement à une démarche liée aux loisirs (55%), mais aussi à des démarches administratives (39%). La moitié de ces "abandonnistes" déclarent avoir déjà ressenti "une sensation de décalage" avec leur entourage dans l'utilisation de technologies "au point de se sentir seul". Plus d'un sur deux déclare souhaiter "progresser", et la même proportion cherche à se faire aider, la plupart du temps par un membre de sa famille.
 
Quelques billets d'humeur ...
 
> Monique Ferry : Le temps s'assombrit pour les "vieux" et le "dégagisme ‎" est à l'honneur... De plus en plus jeune d'ailleurs... Man, pour le Midi Libre, a remis au goût du jour une affiche utilisée en mai 68 et réalisée par l’école des Beaux arts de Paris. Aujourd’hui il a remplacé le mot jeune par "vieux". C’est tout... Et une histoire de loups... dont nous devrions nous inspirer. Ces animaux dits sauvages, quand ils se‎ déplacent en meute, mettent devant les plus faibles d’entre eux, suivis de 5 jeunes loups capables de les défendre... puis suit la meute et en dernier leur chef, le loup alpha qui les coordonnent et les dirigent sur le bon chemin...sachant que si les plus fatigués d’entre eux étaient à la traîne, ils seraient rapidement victimes de prédateurs..." Un beau modèle de société !
> Dr Marie-Françoise FUCHS : Créer un référentiel des technologies « C’est une nécessité pour nous les vieux de nous approprier les aides à tous niveaux que les nouvelles technologies déploient. La première chose qui, pour moi, est à retenir est que les âgés soient prioritaires dans la formation qui les rendent utilisateurs actifs des outils mis en place. Je veux dire que ce soit nous qui soyons aux commandes de ces outils et non l’inverse. Nous avons appris à nous servir des « machines laver » par exemple, elles ne sont pas nos « maîtres ». Il ne faudrait pas que les outils deviennent nos « maîtres » à leur tour. Une adaptation progressive, un accompagnement à la manipulation (confère… les projets des « facteurs » de La Poste qui seraient les accompagnateurs des vieux isolés sur le plan du maniement des outils numériques etc…) une non invasion dans le « chez soi » par des « machines barbares » !!!
> Paule Giron : CŒUR DE ROCKER Ca vaut quand même d’être relevé ! Je ne suis pas une « fan » de Johnny mais j’appréciais ses chansons. De là, à me fondre dans la foule accompagnant l’idole à la Madeleine, j’ai passé l’âge. Encore qu’à la télé, j’ai aperçu quelques grands-mères qui chantaient comme les autres : « Que je t’aime, que je t’aime ». Après tout, il n’avait jamais que 15 ans de moins que beaucoup d’entre nous (les vieux). Après tout nous fûmes jeunes en même temps que lui. Après tout nous dansâmes le rock et puis le twist avec autant de ferveur que lui…mais ce n’est pas le sujet. Le sujet, après tous les hommages rendus, c’est Line Renaud qui l’évoqua et c’est ce qui m’a profondément émue l’autre jour ! Une foule immense comme on en voit rarement, des petits, des grands, des gros, des maigres, des riches, des pauvres, des hommes, des femmes et des enfants, tous venus là pour remercier Johnny de leur avoir donné le « goût d’aimer ». Quel immense manque, dans cette foule qui venait boire les paroles du rocker qui leur avait donné le « goût d’aimer ». Tant d’êtres mal aimés ne cessent de demander à l’être. En vain. Johnny renverse la vapeur. Il ne demande à personne d’être aimé, il aime, furieusement, sauvagement, tendrement, il aime. Et la foule reconnaît en lui un éveilleur des cœurs. De temps en temps, la foule a du génie.
> Marie-Françoise Fuchs :sa communication au colloque des 16 et 17 novembre 2017 : « Vieillir… Libre » Après les explosifs et toniques exposés des « jeunes vieilles » qui viennent de me précéder, je me réjouis et vous remercie de bien vouloir prêter attention à la parole, aux mots d’une « Vieille-vieille ». C’est un cadeau rare que recevoir l’invitation de mêler aux paroles dites « adultes » de ceux qui entourent les vieux de leurs attentions, à celles des « vieux » eux-mêmes. Le sujet proposé, Vieillir/Libre peut tout d’abord sembler un oxymore. Il ne l’est pas, si nous prenons le temps qui nous est proposé aujourd’hui avec le vieillissement durable, nous nous l’approprions, l’apprivoisons et nous employons à lui donner du Sens et de l’Utilité. Il ne s’agit pas de « bien vieillir » qui est une injonction normative et donc « détestable » mais de vivre intensément, l’œil ouvert et bienveillant vers le monde qui nous entoure. OLD’UP est un collectif de vieux qui se veulent participatifs, créatifs et qui osent et prétendent qu’être vieux est réjouissant. « Les vieux pommiers ne donnent pas de vieilles pommes » dit le proverbe, mûrissons tranquillement, jouissons du dialogue possible tous ensemble. Refaisons le monde à notre façon. Moins rude, moins violent et compétitif, mais « relié » apaisé, plus enclin à la bonté et au dialogue qu’au pouvoir et au « faire ».Risquons puisque c’est le sujet que vous me proposez de développer non pas bêtement et inconsidérément, notre vie, mais osons nous manifester, penser, le dire, observer, réfléchir, aimer, voir, écouter, être présent à ceux et celles qui accompagnent nos vies, le champ est immense encore à découvrir. Essayons de prendre des décisions éclairées et raisonnables, ne prenons pas des chemins dangereux, impossibles. Attention à notre entêtement à vouloir continuer à faire « comme avant » d’être devenu plus fragile. Concrètement nous parlons souvent de nos limites dans les groupes de parole que OLD’UP organise. Par exemple continuer à pouvoir prendre le Métro à Paris est une volonté qui parfois nous conduit à prendre des risques trop grands, nous avons récemment deux de nos membres qui ont bien mal chuté dans ce transport si utile pour garder sa mobilité, et donc des rencontres tout à fait essentielles pour vivre et se nourrir d’’échanges signifiants. Elles se sont cassé l’épaule toutes deux et se demandent quand et si elles pourront à nouveau nous rejoindre par ce moyen ??? Comment réfléchir et prendre une décision qui préserve leur santé, qui réponde à leur désir participatif ??? S’entourer de précautions est quelque fois nécessaire, s’entourer de trop de précautions est aussi quelques fois néfaste, ajuster nos décisions à nos forces est indispensables, nous avons à préserver l’essentiel de nos vies et envies… Je pense que nous devons faire fonctionner deux choses : -l’auto-maternage d’une part -et favoriser le voisinage d’autre part. Découvrir nos voisins est un sport qui nous profite… Une amie et collègue qui va bientôt avoir 95 ans a découvert depuis quelques années ses voisins d’immeuble, une ouverture nouvelle, qui répond bien à ses difficultés de déplacement. Elle s’est fait des amis, le grand âge n’est pas synonyme de la fin des affects, des nouvelles affinités et amitiés. Si las de se retirer du monde, nous voulons le rejoindre nous pouvons susciter un dialogue une « conversation » un échange qui vont stimuler plaisir et joie. M. Ruffo dit que l’enfant est un chercheur d’amour, soyons en des « pourvoyeurs » le risque est mince et nous y gagnons « trop » comme disent nos petits-enfants pour ne pas nous y mettre. Etre vieux et vivant est une vraie chance, vivons là pleinement. Merci encore aux organisateurs de ce si sympathique et passionnant congrès d’avoir donné si généreusement la parole aux « vieux » de OLD’UP que je représente aujourd’hui. > par Jean-Louis Bloch, trésorier de OLD'UP : Reprenons la petite fable de William BLAKE (poète et peintre britannique 1757-1827) ... … dans le sillage de François GABART (recordman du tour du monde à la voile en solitaire... lui bien vivant !) Un voilier passe… Je suis debout au bord de la plage. Un voilier passe dans la brise du matin, et part vers l'océan. Il est la beauté, il est la vie. Je le regarde jusqu'à ce qu'il disparaisse à l'horizon. Quelqu'un à mon côté dit : « il est parti ! » Parti vers où ? Parti de mon regard, c'est tout ! Son mât est toujours aussi haut, sa coque a toujours la force de porter sa charge humaine. Sa disparition totale de ma vue est en moi, pas en lui. Et juste au moment où quelqu'un près de moi dit : «il est parti !» il en est d'autres qui le voyant poindre à l'horizon et venir vers eux s'exclament avec joie : « Le voilà ! » C'est ça la mort ! Il n'y a pas de morts. Il y a des vivants sur les deux rives.

Par Man dans le Midi Libre