Prochainement

- A l'occasion de son séminaire, Vendredi 14 décembre, le président de OLD'UP invite son ami le Pr Daniel Marcelli neuropsychiatre...
>>> http://www.oldup.fr/atelier/comite-scientifique/883 <<<
 
2 nouveaux livres de la collection OLD'UP, éditions Inpress.
- "Créer sa Vieillesse" par Paule Giron
http://www.inpress.fr/livre/creer-sa-vieillesse/

- "Longévité pour tous : une chance pour chacun, une chance pour la société" sous la direction du Pr Moulias et du Pr Gutton
http://www.inpress.fr/livre/longevite-pour-tous/

Pour revenir à la page d'accueil : cliquer sur le logo bleu OLD'UP en haut au milieu de cette page ou sur http://www.oldup.fr/accueil/827

OLD'UP, « expert Usager », « expert de l’âge » s'implique...s'immerge...

 
« Une nouvelle » : Le Comité Scientifique s’est engagé dans une action innovante +++
Très courageux et entreprenants, 15 membres de OLD’UP ont décidé de s’immerger en avril 2018, dans 8 établissements dit : SSR (Établissement de Soins de Suite et de Réadaptation) que vous connaissez peut-être pour y avoir séjourné ou y avoir visité des amis…
Sous la houlette d’un ethnologue et d’une anthropologue qui ont « instruit » l'équipe, ces membres ont séjourné 24 heures en « observateurs »  dans un établissement. Immersion nuit incluse !
 
L'objectif :  formuler des propositions  nouvelles pour améliorer , optimiser ce type de séjour et faciliter et accompagner le retour à domicile pour qu’il soit pleinement réussi… !!!
 
Cette aventure exploratoire qui  a passionnée les membres de OLD'UP  va être l'objet d'une publication d'une cinquantaine de pages début 2019.
 
L'enquête revendique un caractère militant pour ce qui concerne les SSR et leur utilité pour le maintien à domicile à la sortie.  
Ce type de participation comme « expert Usager », « expert de l’âge » est une des volontés de l’association, qui ainsi donne un rôle au « vieux » dont l’expérience et la parole sont  vivantes et utiles. 
Il y aura probablement une suite...d'autres étapes dans ce projet.
 
 
Avant même la publication d'un ouvrage d'environ 50 pages relatant et analysant l'expérimentation; HOSPIMEDIA diffuse l'article à lire ci-dessous.
Publié le 21/09/18 - 11h50 - HOSPIMEDIA
Le groupe Korian a fait appel à Emicité et Old'Up afin de mener une "évaluation incarnée" de la qualité dans sept cliniques SSR. Les résultats soulignent la qualité des soins et mettent en avant les points pouvant être améliorés sur le côté relationnel. Cinq axes de travail ont été dégagés par le groupe à l'issue de cette première évaluation.
Alors que la Haute Autorité de santé (HAS) s'interroge sur de nouvelles méthodes d'évaluation de la qualité, le groupe Korian a expérimenté l'accueil pendant 24 heures de personnes âgées ne nécessitant pas une hospitalisation dans sept cliniques SSR gériatriques. Ces évaluations ont été menées par des enquêteurs, tous âgés (83 ans en moyenne), de l'association Old'Up qui se sont rendus principalement dans des établissements parisiens. Emicité a, de son côté, assuré un accompagnement méthodologique visant à "outiller" les bénévoles de Old'Up dans leur démarche. Ces derniers ont testé les activités des établissements et conduit des entretiens grâce à ces outils méthodologiques. "Comme pour le jazz, il faut connaître ses gammes pour improviser", avance Franck Guichet, le directeur et fondateur de Emicité, en écho à la liberté des équipes de Old'Up dans leur démarche.
 
La qualité des soins reconnue
Du côté des directions des cliniques, les appréhensions ont été rapidement levées, assure Marie-Anne Fournier, la directrice transformation et développement du pôle santé Korian. Elle évoque ainsi "un enrichissement mutuel" entre les directions et les usagers d'un jour. Le groupe s'est engagé dans ce travail d'évaluation par la participation afin de tester une méthode autre que celle de la HAS. "Cette évaluation incarnée est complémentaire de l'évaluation managériale de la HAS, qui s'interroge sur l'évolution de ses méthodes. Notre étude est un exemple et demain nous pourrions former des bataillons de testeurs", évoque Marie-Anne Fournier auprès d'Hospimedia.

Les résultats de cette enquête montrent tout d'abord la qualité des soins des cliniques SSR. "Je suis admirative de l'esprit d'équipe. Il existe une vraie volonté de proposer quelque chose de qualité et cela se ressent", précise Marie-Françoise Fuchs, présidente d'honneur de Old'Up, et membre du panel d'enquêteurs. À noter que l'association compte également parmi ses membres des représentants des usagers dans des établissements de santé. Marie-Anne Fournier, qui ne "s'attendait pas à de tels résultats", souligne l'aspect gratifiant de cette enquête pour les équipes.
 
Un plan d'actions pour améliorer la qualité
Ces travaux d'évaluation notent néanmoins un bémol sur l'aspect relationnel dans les prises en charge SSR. "Le relationnel est moins dans le projet des établissements alors qu'il s'agit d'un besoin très fort pour les personnes âgées. Les échanges se passent mais sans que ce soit un projet", poursuit Marie-Françoise Fuchs. Elle insiste ainsi sur le besoin de reprise de confiance en soi au-delà des gestes de rééducation.

Ces résultats ont permis de dégager cinq axes de travail au sein du groupe Korian. L'aspect relationnel est l'un d'entre eux. "Un patient jeune peut également sentir cette déshumanisation des soins. Il est important d'entendre la parole de l'usager", estime Marie-Anne Fournier. L'accompagnement et la préparation de la sortie sont notamment visés. Le développement de l'hospitalisation de jour et la généralisation de consultation de suivi et de séances d'éducation thérapeutique du patient vont être impulsés afin d'améliorer cet accompagnement. "La vertu du SSR, c'est que nous avons plus de temps que pour le court séjour", complète-t-elle.

Le cadre immobilier parisien a aussi fait l'objet de quelques réserves par les membres de Old'Up, sur le manque de confort et de rénovation notamment. "Ces constats, nous les prenons et nous les étudions. Ils convergent avec les besoins identifiés dans le cadre de notre projet stratégique 2022", assure Marie-Anne Fournier. L'accent sera mis sur les zones de convivialité et sur les espaces de déambulation extérieurs.

Après ce premier essai transformé d'évaluation, le groupe Korian entend désormais la transposer dans ses Ehpad. "Nous allons proposer cette démarche dans ces établissements. Cela va peut-être être un peu plus complexe, le public accueilli étant plus dépendant", avance Marie-Anne Fournier.