Colloque OLD'UP 2018

Le 5 avril 2018 à l'ASIEM à Paris :

Colloque OLD'UP 2018
"Un nouveau regard sur la longévité"

Inscriptions ouvertes, aux membres et non membres de OLD'UP
information, programme et bulletin d'inscription : cliquez >ici

Colloque OLD'UP 2018 : Un nouveau regard sur la longévité

Programme et bulletin d'inscription à télécharger en fichiers joints >
 

Un nouveau regard sur la longévité
Le discours dominant sur la longévité est celui de la crainte. Crainte de la "dépendance", des coûts, une vision "d’assistanat pour tous". La "longévité pour tous" est présentée comme un désastre, alors qu’elle résulte de façon démontrée d’un recul de l’âge de la "vieillesse" et de ses handicaps. Une chance pour chacun et une chance pour la société. Une majorité croissante de la population âgée et même très âgée est lucide et valide. L’exclusion sociale et le déni des Droits des adultes âgés seront demain incompatibles avec l’équilibre social.

Colloque organisé à Paris par l’association OLD’UP
jeudi 5 avril 2018 de 8h30 à 17h00
à l'ASIEM
6 rue Albert de Lapparent Paris 7e
 

Programme :

8h00
Accueil des participants

9h00
Ouverture
Pourquoi ce colloque ?
Philippe Gutton
, psychanalyste, professeur émérite des Universités, président de OLD’UP

9h30
Pourquoi on vit plus longtemps, ce qui fait obstacle
La vieillesse n’existe pas dans la nature. Elle est le propre de l’homme et des animaux domestiques. Depuis presque deux siècles, les progrès des modes de vie : éducation, hygiène, alimentation, conditions de travail, d’habitat, de transports, progrès médicaux (vaccinations, antibiotiques et récemment traitement des maladies cardio-vasculaires) s’accompagnent de progrès réguliers dans l’espérance de vie et d’un recul des maladies invalidantes. Mais l’inactivité mentale, physique et sociale, l’isolement, le faible niveau éducatif, le confinement au domicile restent des facteurs démontrés de vieillissement accéléré.
Ce sont la baisse du niveau éducatif de base et l’inactivité croissante à tous âges qui sont les plus grands dangers démontrés pour cette avancée spectaculaire qu’est la longévité.

Robert Moulias, professeur honoraire IPMC, co-président du Comité scientifique de OLD’UP

9h45
Première Table ronde
Demain tous les nouveau-nés deviendront nonagénaires
L’espérance de vie et le pourcentage de « Très Grands Vieillards » (« VOP ») sont les meilleurs marqueurs du niveau de développement d’une nation. Autrefois paradigmes de tous les maux de la vieillesse, les nouveaux nonagénaires sont de plus en plus valides et lucides. Cette nouvelle population n’avait jamais existé jusqu’à présent, sauf à l’état d’exceptions. Autrefois confinés au domicile ou en établissement, aujourd’hui et surtout demain, ils sont et seront de plus en plus demandeurs de sortir de cette exclusion sociale.
Population très hétérogène, comment les nonagénaires se voient-ils ? Comment sont-ils vus ? Quels sont et vont être leurs attentes, leurs besoins médicaux, psychologiques, sociaux, quel rôle pour les arrière-grands-parents ?

Modérateur : Pr Françoise Forette, médecin, ancien chef du service de gériatrie à l’hôpital Broca, à Paris. Comité scientifique France Alzheimer.
Monique Pelletier, ancienne ministre, membre du Conseil constitutionnel français
Jean-Marie Robine, directeur de recherche à l’Institut national de la recherche médicale (INSERM), chercheur associé à l’Institut National d’Études Démographiques (INED) - Codirige le Groupement de Recherche « Longévité et Vieillissements »
Sophie Moulias, gériatre, membre du laboratoire d’Éthique Médicale et médecine (LEMML, EA 45569) Paris Descartes
Michèle Grosclaude, psychanalyste, maître de conférence, HDR, Université Strasbourg

11h15
Pause café

11h45
Deuxième Table ronde
Les obstacles à la participation des adultes âgés à la vie de la société
Les limitations d’accès à la vie sociale liés aux handicaps, fragilités, à l’isolement physique et à la solitude morale frappent davantage les générations âgées que les autres. Mais, bien plus, traditions, lois, règlements et l’âgisme favorisent l’exclusion sociale des adultes âgés quels que soient leurs souhaits, leurs compétences et les besoins de la société. Si les Droits (Rights)
sont les mêmes, le Droit (Law) limite les droits des adultes âgés par rapport aux adultes, les droits des adultes âgés handicapés par rapport aux adultes handicapés.

Modérateur : Benoît Verdon, psychologue clinicien, psychanalyste, professeur Université Paris-Descartes
Claudine Attias, sociologue
Albert Evrard, docteur en droit, chercheur à l'Institut Transitions, groupe interdisciplinaire sur les vieillissements (GRIVES), Université de Namur
Monique Ferry, gériatre, Association française des aidants, Commission Droits, et liberté, (FNG), membre de la Société française de la gériatrie et gérontologie (SFGG),
Astrid Stuckelberger, professeur Université Genève, psychologue gérontologue, expert ONU-EU

13h15
Collation sur place

14h30
Troisième Table ronde
Quels rôles pour les adultes âgés dans la société ?
Dans les nations où les adultes âgés dépassent ou dépasseront 25 à 30 % de la population, dans les territoires français ou européens où ils dépassent déjà 30 à 50 % de la population, le fonctionnement sociétal deviendra impossible sans la participation active de ces adultes âgés à la vie sociétale. Sous quelles formes nouvelles et anciennes ? Bénévolat, salariat, auto-entreprise, service civique et les nouvelles formes à inventer.
Modérateur : Philippe Gutton
Benoît Verdon
Luc Broussy
, professeur Sciences Po, Paris
Serge Guérin, sociologue, président du Comité scientifique de la Fondation Korian pour le bien vieillir
Marie-Ève Joël, professeur sciences économiques, Université Dauphine, membre du laboratoire d’économie LEDA
Jean-Luc Noël, psychologue clinicien gérontologie

16h00
Conclusions
OLD’UP : une prise de participation à la vie sociale par les aînés
C’est aux vieux eux-mêmes de réintégrer la vie de la société en investissant tous ses domaines : culturel, économique, éducatif, familial, politique, social. Avec la révolution démographique, l’avenir de la société est que les adultes âgés restent acteurs de la vie sociétale en fonction de leurs souhaits, de leurs capacités et des besoins de la société. Ceux qui auront des handicaps à compenser, seront d’autant mieux pris en soin que le regard sur le grand âge aura ainsi changé.
Marie-Françoise Fuchs, médecin, psychothérapeute, fondatrice École des Grands Parents Européens et d’OLD’UP, présidente d’honneur de OLD’UP, membre du Comité scientifique de OLD’UP
Louis Ploton, psychiatre, professeur émérite Gérontologie Université Lyon-2
Christian Hervé, professeur des Universités en médecine légale et droit de la santé, directeur du laboratoire d’éthique médicale et de médecine légale, Paris 5
 
Contact presse : 
lydie.deloustal@numericable.fr