ACTUALITES

> Conférence "Comment améliorer les conditions de fin de vie ?" le 3 mai à 19h à Lourmarin.
Plus d'informations ici

> « OLD'UP : les Vieux ont une voix, les Vieux élèvent la voix »
OLD'UP a participé au Grand Débat National
Plus d'informations, à lire et à télécharger, en cliquant ici

> A lire ici : les Huit pistes pour le grand âge du rapport sur le grand âge et l’autonomie remis au ministre Agnès Buzyn. 

> Nouveauté pour les membres de OLD'UP : vous pouvez désormais vous connecter pour lire les ARCHIVES ou pour déposer des COMMENTAIRES dans 3 rubriques du site :
dans les carrés "
Billets d'humeur" et "Des livres et des sites" de la page "Nos actualités" et dans le carré "Pour vous : ressources et informations utiles" de la page "Actions de terrain"

 

Des livres et des sites / Ouvert aux commentaires pour les membres

RUBRIQUE OUVERTE AUX COMMENTAIRES DES MEMBRES
 
Certaines lectures nous passionnent, nous bouleversent, nous changent. Les membres de OLD'UP ont le plaisir de vous faire découvrir ici quelques uns des livres qu'ils et elles ont aimés. ils font part de leurs avis...subjectifs et passionnés.
Vous pouvez aussi découvrir à la suite -donc en déroulant- des sites internet que des membres de OLD'UP ont trouvé intéressants à consulter.
 
A consulter ici mais aussi dans la page ACTIONS DE TERRAIN http://www.oldup.fr/atelier/actions-de-terrain/860
 
Pour enrichir cette page, n'hésitez pas à nous adresser vos suggestions.
 
 
ESSAIS :
 
Les ouvrages recommandés ci-dessous, peuvent aussi faire l'objet de billets d'humeur de membres de OLD'UP, à lire ... en cliquant sur ce lien
http://www.oldup.fr/node/867/edit      sur la page NOS ACTUALITES.
Ils peuvent être conseillés par le groupe de lecture qui se réunit chaque mois 
https://www.oldup.fr/content/groupe-au-fil-des-lectures
 
Morales espièglesMichel SERRES, éditions Le Pommier 91 pages. Plus il devient vieux, plus vert est le verbe de Michel SERRES. L'Académicien - plus immortel que jamais-, a dédié son livre à trois héros bretons qui volent, dans les airs,  sur la mer, et dans l'espace.  
Prêchant les transitions heureuses, l'Académicien termine par une espièglerie, où la désobéissance de notre Grand Maman Eve lui permet de livrer ces six histoires à ses éditrices et amies du Pommier. Plaisantes virtuosités d'un grand conteur, à mâcher et remâcher à haute voix.
 
« La nuit se lève » Elisabeth QUIN, éditions Grasset.
E. Quin raconte son parcours du combattant depuis qu’à 51ans, une médecin lui a dit qu’elle avait un glaucome et qu’à terme elle perdrait la vue.  Toutes les questions, toutes les peurs, toutes les angoisses, tout l’humour et l’amour du monde se bousculent dans la tête et le cœur d’Elisabeth. C’est de l’humain à l’état pur qui traverse l’épreuve.
 
«Réflexions sur la question antisémite» Delphine Horvilleur, éditions Grasset. 
Un livre incontournable pour quiconque cherche une réponse intelligente à une question vieille de tant de siècles et jamais éclairée.

"IDISS" Robert Badinter, éditions Fayard 2018
Idiss, la grand-mère maternelle de l’auteur (ministre de la Justice 1981-1986 qui a abolit la peine de mort) est née en Yiddishland, terres ou on parlait un mélange d’allemand et d’hébreu. Elle ne savait ni lire ni écrire mais avait bien mieux, un cœur plein de tendresse pour les siens qu’elle a suivi en France terra incognita ou elle est enterrée. Son petit-fils ne l’a pas oubliée et lui rend un hommage vibrant.

Ce livre, allant des pogroms à la Shoa est la belle histoire d’amour d’une famille juive de grande hauteur spirituelle et de la France, écrite d’une belle langue simple et émouvante, est inoubliable.
 
"Fragile" Muriel Robin, éditionsXo
Elle voulait être chef d'orchestre ou faire du cinéma. Ses parents étaient marchands de chaussures à St-Etienne. Elle adorait ses parents qui ne manifestaient aucune empathie envers leurs trois filles. C'était le commerce, un point c'est tout. Les filles devaient être commerçantes comme les parents. Le père était taiseux, la mère " bon dieu de rue, diable de maison" Muriel faisait le clown pour apaiser les conflits incessants. Muriel est généreuse au plus haut point. Elle s’est hissée au top des humoristes sans le moindre encouragement de sa famille qui comptait tant.

"Une Vie" Simone Veil, Livre de Poche, juillet 2018     
Cette autobiographie de Simone Veil est passionnante, pudique, riche en histoire. Cette femme libre et intelligente raconte sa vie avec simplicité et courage, toute en retenue : la déportation, son mariage, ses études, ses combats politiques comme la libération de la contraception et le droit à l’avortement, l’Europe. On ne peut que s’incliner devant cette femme qui a changé la vie de ses contemporaines et à tant travaillé par amour de la France. Un livre à lire ou à relire.
 
"Nos conversations du mercredi " Arrigo Lessana, Editions BOURGOIS. 
Des échanges entre un grand père et son petit fil Angelo, âgé de 13 ans. Juste dans le ton comme dans le propos.
 
"Le jour où j’ai appris à vivre" Laurent Gounelle Editions Kero
Jonathan est mal, très mal, à la suite d'une drôle de rencontre... il ne sait à qui en parler. Quand il se souvient alors de sa Tante Margie, une vieille dame intelligente et perspicace qu’il a négligé depuis longtemps. Il dépose son malaise dans les mains de Margie qui entreprend avec lui une de ces “thérapies sauvages“ qui va lui faire toucher du doigt l’inanité de sa vie. Margie est une initiatrice. Elle apprend à Jonathan comment redécouvrir la vie sous tous les carcans qui l’étouffent.  Passionnant. Juste. Bien vu. Un récit de renaissance. 
                                            
“L’éloge de la faiblesse“ Alexandre Jollien, Editions Marabout.
D’un trait de plume à la fois laborieux pour la main et fulgurant par l’esprit, Alexandre Jollien, plonge son regard dans le monde des soignants ! A travers un dialogue imaginaire avec Socrate, il raconte la….non relation aux thérapeutes de son enfance. 
 
“Leurre et malheur du transhumanisme“ Olivier Rey, Editions Desclée de Brouwer.
O. Rey enfonce suffisamment le clou pour que nous soyons obligés de regarder tout cela en face sans guère de possibilité de nous dérober. Au lieu de nous parler des prouesses techniques qui nous attendent pour produire “l’homme augmenté“ il nous parle de nous. Et là, plus de fuite possible. Olivier Rey nous montre à quel point nous sommes dans ce “ fantasme mégalomaniaque et infantile “ comme il le nomme.
 
« Meurtres en toute intelligence » Jacques Attali, Editions Fayard
Une enquête sur les dangers d’une humanité devenue esclave de ses promesses technologiques et ivre de sa propre intelligence. 

 
 «Penser comme un arbre »  Jacques TASSIN, Editions Odile Jacob
L'auteur évoque les arbres et  leurs étonnants pouvoirs, avec science, amour, respect «L’arbre semble vouloir s’adresser aux grands primates irrévérencieux que nous sommes devenus. Des primates perdus au bord du chemin pour avoir sottement oublié qu’ils vivaient sur la planète des arbres ». Rafraîchissant-Revigorant-Oxygénant
 
« Mortelle transparence » Denis Olivennes écrit en collaboration avec Mathias Chichportich, Editions Albin Michel.  
L'auteur, homme brillant, grand amoureux de la France, nous fait à la fois partager cette passion et son inquiétude dans un livre à ne pas manquer. Une réflexion qui vient à point nous inviter à prendre du recul face à des techniques qui n’ont que trop tendance à nous fasciner alors qu’elles demandent à être « manipulées avec précaution ».
 
"L’intelligence des plantes", Stefano Mancuso et Alessandra Viola, Editions Albin Michel. 
Un livre qui parle de l’intelligence des plantes. Un livre pour tous ceux qui aiment la vie et ont envie de la comprendre.
 
«La barbarie des hommes ordinaires », Daniel Zagury,  Editions de l’Observatoire. 
L'auteur reprend le thème d’Hannah Arendt dans ce livre :  il démontre avec brio à quel point la vision d’Hannah Arendt sur la « banalité du mal » est juste : dérrière le « monstre » aux crimes atroces des camps nazis, l’absence de pensée, la «bêtise », la médiocrité humaine de l’exécutant de ces crimes sont présentes. 
 
« La sagesse animale »Norin Chaï  Editions Stock
Pour se détendre, rire, et apprendre...Le vétérinaire de la ménagerie du Jardin des Plantes nous raconte ce qu’il aime : les animaux. Il observe leur sagesse. Personne, chez eux ne tue pour tuer. Sauf les chimpanzés dont on apprend avec regret qu’ils sont les plus proches de l’homme ! Chez eux on se nourrit ou l’on se défend. Encore que l’on évite de tuer en se défendant. Le reste du temps, on gère les conflits comme les amours. 
 
« Génération ‘J’ai le Droit !’ » Barbara Lefebvre, éditions Albin Michel. 
Un prof du secondaire : une femme courageuse et lucide dénonce ce nivellement par le bas, l’absence des familles larguées, le sexisme, l’antisémitisme, le culte de l’individualisme à travers la vie des établissements scolaires...

« Dernières nouvelles de l’homme (et de la femme aussi)"  Fabrice HADJADJ, éditions TALLANDIER.
Un livre qui aborde la question du transhumanisme, numérique. L’on rit, tout au long du livre, l’auteur se promène dans notre époque et dans le futur avec un œil de lynx mais qui saurait en rire plutôt que d’en pleurer. 
 
« L’Ordre Étrange des Choses - Vie, Sentiment, et la Fabrique des Cultures », Antonio DAMASIO,  éditionsOdile JACOB.
Après les deux pavés d’HARARI - Sapiens et Deus -, voici  le nouvel ouvrage d' Antonio DAMASIO (après les classiques « L’Erreur de DESCARTES » et « SPINOZA avait raison »). L’auteur est médecin, professeur de neurosciences, de neurologie, de psychologie, de philosophie. Il dirige le Brain and Creativity Institute à Los-Angeles. Sa thèse est dense, puissamment argumentée, parfois difficile à suivre. Il réfute la théorie fantaisiste de l’Homo Deus, basée sur des affirmations erronées, tant sur le plan scientifique que sur le plan humain. Selon lui, les visions d’HARIRI sont sans saveur, et parfaitement ennuyeuses. Mais si cette projection cherche à nous terrifier, pour nous pousser à agir avant qu’il ne soit trop tard, DAMASIO y souscrit.
 
« Le mythe de la virilité » sous-titre « Un piège  pour les deux sexes », Olivia Gazalé, éditions Robert Laffont. L’auteur est une philosophe,
On y fait superbement le tour du sujet. Les hommes depuis des siècles et des siècles se sont enfermés dans un mythe, celui de la virilité, qu’ils ont entendu au pied de la lettre c’est-à-dire…sans nuances !  D’où leurs sempiternelles navigations entre « Qui est le plus fort » et ce machisme impénitent qui les oblige à toujours être « à la hauteur ». De quoi ? Du mythe… quand ce n’est pas le cas, c’est l’effondrement.
 
« "Pape François" Rencontres avec Dominique Wolton »un dialogue inédit aux éditions L'Observatoire
 "Divine surprise". A peine entamées les premières pages de ce dialogue entre deux hommes qui n’ont personne à convertir, que l’on oublie « le Pape », on oublie Wolton, on oublie que ça se passe au Vatican et leur échange se déroule sur un ton tellement simplissime que l’on ne résiste pas à l’envie de glisser son petit tabouret entre les deux hommes pour entendre ce qui se dit. Foin du Pape et du sociologue, ce sont deux de mes frères en humanité qui échangent leur avis sur le monde contemporain. Je me sens concernée, intégrée dans ce débat. Je ris avec eux, je suis grave avec eux. Les hiérarchies ont disparues. Ce sont deux consciences qui échangent et dont les retombées font le miel de la petite dame, infiltrée sur son tabouret ! Rien chez le Pape ne m’impressionne : ni sa grandeur, ni sa position, ni qu’il « règne » sur des millions de catholiques. Ce qui m’impressionne n’est pas non plus son intelligence mais la qualité de sa conscience – moment rare -.
 
"Des mille et une façons d’être juif ou musulman",  D. Horvilleur et R. Benzine, Editions du Seuil.
Nous avons suffisamment d’occasion de râler tous les jours à propos de « tout ce qui ne va pas dans le monde » pour nous réjouir quand, ici ou là, une vraie lueur d’intelligence en rencontre une autre et qu’ensemble, ils dialoguent.  C’est le cas du livre de Delphine Horvilleur, rabbin (et femme comme l’indique  son prénom) et de Rachid Benzine, islamologue, politologue et enseignant franco-marocain. Ces deux-là, devraient s’entre-tuer, ils dialoguent pour le plus grand bonheur de tous ceux qui trouvent la haine stérile. Ils précisent leur propos : « Nous en sommes convaincus : ‘être héritier’  ne consiste pas à mettre ce qui a été reçu dans un coffre fermé à clé mais à le faire fructifier. Cela ne consiste pas à reproduire à l’identique ce qui a été reçu mais à le renouveler ». C’est à quoi ils invitent le lecteur : ouvrir et échanger là où on croyait les portes closes.
 
Les 2 titres ci-dessous sont recommandés par les amateurs de littérature du groupe "Au fil des lectures"  (page NOS GROUPES http://www.oldup.fr/atelier/nos-groupes/757).
"Je dirai malgré tout que cette vie fut belle", Jean d’ORMESSON, Editions Gallimard 2016.
"Et soudain, la liberté"  Evelyne Pisier et Caroline Laurent, Edition Les Escales.
 
 "Savoir vieillir", Cicéron, Arlea éditeur - 1990 
Citations d'actualité : "Une existence, même courte, est toujours assez longue pour qu'on y puisse vivre dans la sagesse et dans l’honneur. Et s'il advient qu'elle se prolonge, n'allons pas nous plaindre plus que ce que font les paysans : après la clémence du printemps, viennent l'été et l’automne."Je vous souhaite de parvenir à la vieillesse pour vérifier, par vous-même, la justesse de mes paroles."
 
"Il n'y a pas d'identité culturelle", François Jullien, L'Herne éditeur - 2016 - 
Derrière un titre négatif et paradoxal, un sous-titre explicatif : "mais nous défendons les ressources d'une culture ". L'auteur, philosophe, helléniste et sinologue, développe une réflexion inter-culturelle ainsi qu'une philosophie de l'existence. Il redéfinit avec rigueur trois termes rivaux : l'universel, l'uniforme, et le commun, et préconise, en final, un dia-logue des cultures.
 
"Vivre en existant", François Jullien, éditions Gallimard - 2016 - 
L'auteur part de deux termes rivaux, l'être et le vivre, et s'appuie sur exister pour dégager "une nouvelle Ethique qui ne prêche pas". Des verbes intermédiaires nous parlent : Résister pour que la vie ne s'enlise, ou ne bascule. Ma vie s'amorce, puis se résorbe, et reste prise dans le "dur désir de durer". La pensée de l'auteur nous pousse à émerger du monde, mais dans le monde, sans verser dans l'au-delà de la métaphysique. Ce livre n'est pas facile à lire, mais il nous force à dépasser la pensée unique, la pensée magique. 
 
"Définition de la vie, Claude Bernard et Claude Bernard ou l'incarnation de la physiologie", Alain Prochiantz, professeur au collège de France, éditions VillaRose.
"Car ce qui vit, c'est ce qui mourra, ce qui est mort, c'est ce qui a vécu ..." C.B.
 
"Une seconde vie", François Jullien, éditions Grasset
Réponse d'un philosophe à la question : pourquoi est-ce que je continue à vivre. Il parle de vérités décantées à partir de la vie même, de l'expérience accumulée, et de la façon dont la vie peut ouvrir sur une vie dégagée, qui peut reprendre, et permettre de commencer à exister. A déguster, page après page.
 
"Traité de résistance pour le monde qui vient", Bertrand Vergely, éditions Le Passeur
Le philosophe propose une réflexion stimulante, appelant à un sursaut des consciences pour rebâtir notre société sur un socle de vérité.
"L'éthique de celui-ci (Vaclav Havel), une éthique apparemment passive consistant à laisser faire les choses. Une éthique en réalité profondément active. Laissons la vie faire. Comme c'est la vie qu'on laisse faire, on vit. Comme on vit, on fait vivre. Comme on fait vivre, on agit, et on agit bien. La preuve." Réflexion brillante, au fil de la pensée de l'auteur.
 
"La guerre des générations aura-t-elle lieu ?"  Serge Guérin et Pierre-Henri Tavoillot, éditions Calmann Lévy
Selon les auteurs, un sociologue et un philosophe, le lien intergénérationnel se renforce. Nous croyons vivre la guerre des générations, alors que nous avons la paix des âges. Des pistes d'actions réelles pour inventer une vraie politique de tous les âges et pour toutes les générations. En prologue, un scénario de guerre plutôt amusant.

 
Et AUSSI 

"La Joie de vieillir" de Martine Groult aux Editions Lanore, mars 2017 :
un livre de témoignages de l'auteure et des personnes de 80 ans rencontrées. Voici la 4ème de couverture:  "La joie de vieillir ? Ça risque d'en faire hurler plus d'un ! Immédiatement, à la seule évocation de la vieillesse, on pense aux pertes, aux défaillances plutôt qu'à la joie. Et pourtant ! Sans être dans le déni des inconvénients qui viennent avec l'avancée en âge et consciente que nous ne sommes pas tous égaux face à la vieillesse, l'auteure explore le champ des possibles qui s'ouvrent dans cette période de la vie, à condition d'en accepter les désagréments pour en apprécier tous les avantages, parfois insoupçonnés... Martine GROULT vous invite à voyager au cœur de vous-même, à faire le point sur votre rapport au temps qui passe. Et elle vous indique quelques-unes des voies qui s'offrent à vous pour « goûter » à la vie et « retrouver la joie intérieure, cette source tapie en nous, qui ne se tarit jamais, »"
 
"Le temps à soi", suivi de "La constance du sage", par Sénèque, aux éditions Rivages poche
Ce livre pose le problème de la retraite intérieure, du loisir lettré, de l'arrêt de l'activité civique (...) ... contempler, c'est agir, et participer aux affaires publiques n'est pas une obligation. Chef d'œuvre, écrit vers 62 avant notre ère. 
 
"A quel soin se fier ? Conversations avec Winnicott", sous la direction de Claire MARIN et Frédéric WORMS, éditions PUF
"Cinq méditations sur la mort autrement dit sur la vie" François CHENG, Albin Michel
"Bienheureuse Vieillesse" Robert REDEKER, éditions du Rocher
"Vieillir ou grandir " Gérald QUITAUD, éditions Dangles
 
 
ROMANS
 
 "Un monde à portée de main" Maylis de KERANGAL Editions Verticales août 2018 ...UN ROMAN, UN AUTEUR :
Un livre différemment apprécié :
Une fille comme il faut s’immerge dans une école en trompe l’œil… Un chantier à droite, à gauche dans la      solitude. L’écriture est inégale, les poncifs ne sont pas loin…
Maylis de Kérangal continue de nous instruire… : ici la technique du trompe l’œil, Paola est notre initiatrice… Le lecteur apprend l’art de l’illusion…. Style ramassé, visuel, avec quelques effets littéraires  étonnants.
Je suis entrée avec gourmandise dans ce roman profond et ambitieux… J’en est apprécié le style très travaillé, les phrases longues compliquées… comme le travail qu’elles décrivent.
Le livre est surement une performance littéraire, mais on reste toujours à côté…
 

"Une vie sans fin", Frédéric Beigbeder, éditions Grasset
L’épidémie d’immortalité atteint l'auteur. Ca l’ennuie tellement de vieillir qu’il s’est imaginé cobaye, adepte de la grande Transformation qui l’empêchera de mourir. Le Figaro relate les péripéties du cobaye en titrant : « Faust et usage de Faust ». Joli titre qui nous aide à en rire. Mais derrière le rire, une question : qu’est-ce qu’ils ont tous à avoir à ce point « les pétoches » de vieillir dès qu’arrive la cinquantaine. D’accord, on est tous passés par là, « toujours jeune ou pas si vieux mais de là à envisager la révision complète du moteur avec changements de pièces dans l’espoir de ne pas mettre un pied dans la vieillesse et la mort, alors que ça se passe comme ça depuis la nuit des temps et que personne n’en n’a jamais fait un fromage, c’est une vraie question.
 
"L’Art de perdre", Alice Zenite,  éditions Flamarion 2017
Comme l’Histoire est souvent écrite par les vainqueurs, l’Art de perdre sort du silence les vaincus, les harkis: Une épopée de l’exil entre la France et L’Algérie sur un temps long, à travers une saga sur 3 générations. A Naïma, 30ans, son père Hamid n’a jamais vraiment raconté l’histoire des siens comment, pourquoi ils sont arrivés en France en 1962. L’Art de perdre comme dans un puzzle, comble les blancs, et raconte comment Ali le grand père de Naïma a servi lors de la bataille de Monte Cassino en 1944, et comment celui-ci va devenir Harki, engageant l’avenir de toute la famille. Comment Ali, ancien notable en Algérie, dont la parole comptait tant, va perdre la parole dans l’exil français, et c’est à coté de ce père replié sur sa honte, qu’Hamid va grandir à son tour en France, et sera bien déterminé à ne rien transmettre de l’Algérie à sa femme Clarisse, ni à ses 3 filles. C’est Naïma, qui tentera de découvrir ce que son grand- père, sa grand-mère qui ne parle pas Français, puis son père, n’ont pas pu transmettre.... Alice ZENITER réussit à dire toute la complexité que l’individu affronte face à l’HISTOIRE et réussit à écrire l’Histoire des Harkis dans l’histoire littéraire.
 
"Casimir mène la grande vie ", Jean d’Ormesson, éditions Gallimard 1997 
Tout le monde connaît le professionnalisme, l'érudition, l'humour et l'autodérision de Jean d'Ormesson. Ce livre a 20 ans, c'est important parce que, déjà, en ce temps-là, et avec le savoir-faire de l'Auteur, il est question des rapports entre les gens : du haut vers le bas et du bas vers le haut. Il ne vient pas à l'esprit d'Eric, le trotskiste, de tutoyer le grand-père (fauché) du narrateur, à qui il dit "Monsieur". Le vieux Monsieur se prend d'affection pour Eric : peut-être trouve-t-il en lui quelque chose du jeune homme qu'il avait été et qu'il n'a pas osé exprimer ? Cela tout au long du volume.
 
"Tombée des nues ", Violaine BÉROT éditions Buchet Chastel 2018
Un couple, la trentaine passée largement, sont exploitant agricole. Leur ferme est à l’écart du village. Marion a une passion, ses chèvres qui remplacent les enfants qu’elle n’a pas. Tout bascule le jour où Marion donne naissance à un bébé, c’est un déni de grossesse qui plonge son entourage dans la sidération et la solidarité. Sept personnages l’expriment : le mari, le père et la grand-mère de Marion, le voisin, la sage-femme, l’ouvrier agricole, la femme du maire. Ce roman vocal est construit de façon originale, il donne un choix de lecture : soit classique de la première à la dernière page, soit en suivant une numérotation propre à chaque intervenant, semblable à un jeu de piste. Son écriture est sensible, originale et reflète bien la vie du monde rural. Si l’on aime la campagne, l’analyse psychologique de qualité, le bouleversement de certains codes, c’’est un petit livre à découvrir.
 
"Le songe du photographe "Patricia REZNIKOV éditions Albin Michel 2017
Dans le Paris des années 1970, un adolescent vivant dans une famille totalement désunie fait la connaissance d’un petit groupe d’exilés venus d’horizons divers, qui cohabitent dans une vieille maison, en une sorte de phalanstère. Là, il va être adopté par ces gens, blessés par la vie, qui ont perdu leurs racines mais sont néanmoins parvenus à recréer un monde à la fois convivial et extravagant, plein de chaleur humaine, dans lequel il s’épanouira, enfin reconnu en tant qu’être humain à part entière. Comme il le dit, il « s’abreuve à la source de leur humanité ». Des récits des uns et des autres sur leur vie d’antan en Russie, en Autriche et en Hongrie resurgit l’histoire du 20ème siècle et, en particulier, celle de la Mitteleuropa. Sont aussi évoqués ces photographes allemands et hongrois qui ont fixé à tout jamais des mondes perdus de ces époques. Tout à la fois roman d’initiation et d ‘éducation sentimentale, esthétique politique et morale, il se dégage une douce mélancolie de ce beau livre plein de sensibilité. L’auteur, franco-américaine, aussi illustratrice de livres de jeunesse, reconnaît avoir passé enfance et adolescence dans ce monde d’exilés, ce qui explique sûrement pourquoi ses personnages nous émeuvent comme des être de chair et de sang.
 
"Quand monte le flot sombre"  Margaret Drapple, éditions  Christian Bourgois 
"Chronique et méditation sur le grand âge. L'héroïne estime que la longévité "a foutu en l'air la vieillesse elle-même". Propos d'une septuagénaire "déjà trop vieille pour mourir jeune et trop vieille pour éviter les oignons et l'arthrite, (...) et la fatigue qui gagne du terrain." L'auteur déclare : " Je n'ai pas peur de la mort. C'est vivre qui me préoccupe." Drôle et tragique. Proposé par Claude Caillart.
 
"Toute passion abolie",  Vita SACKVILLE-WEST, Livre de poche.
"L’histoire d’une vieille dame anglaise, qui après avoir été sous la coupe de son mari, se rebelle contre ses enfants qui veulent gérer sa vie et à 80 ans passés, décide de faire ce qu’elle veut et quand elle veut !" Proposé par Françoise Lavelle.
 
"L'homme de sable" Catherine Terninck, Editions du Seuil
"Une fresque magistrale sur ce qui est arrivé et arribe encore à nos sociétés depuis qu’elles se sont dégagées du patriarcat et de son ordre pour aller vers l’individualisme généralisé. Tout le monde s’y reconnaitra, toutes générations confondues. Ecrit par une psy qui a vu défiler dans son cabinet cette mutation hors pair." Proposé par Paule Giron.
 
Autofiction / Autobiographie :
 
"Le Goût de vieillir" Ghislaine de Sury, Editions de la Martinière
"L’auteur raconte les surprises, les tâtonnements de la femme âgée qu’elle est devenue malgré elle. Commençant par se moquer tendrement d’elle-même, elle finit par s’inventer une nouvelle voie pour mieux « goûter le vie ». (ce n’est ni de la philo, ni de la psycho, ni de la socio…, mais c’est plein de réalisme et d’humour !)" Proposé par Françoise Lavelle.
 
LIENS A CONSULTER :
 
www.homerci.fr
Homerci est une entreprise, comme les Talents d'Alphonse, qui oeuvre dans le logement, l'habitat partagé.
"Homerci met en relation un Senior disposant d'une chambre libre chez lui, avec un étudiant français, coréen, chinois ou japonais qui cherche à se loger pour une courte-moyenne-longue durée. Le rapprochement se fait sur les centres d'intérêts ou le métier/domaine d'études en commun ou le souhait d'un échange culturel. Partage, transmission et complément de retraite."

https://www.oldyssey.org/
OLDYSSEY s'attache à mettre en avant les initiatives qui rapprochent les générations partout dans le monde, dans des sociétés où le statut des aînés est reconnu. https://www.oldyssey.org/oldyssey-vieillissement
 
 
http://www.delta7.asso.fr
DELTA7 a pour mission expérimenter, valider, promouvoir des solutions innovantes aux problèmes sociaux peu ou mal résolus. Chaque action est mise en œuvre en respectant les quatre étapes suivantes : Identifier des problèmes sociaux pas du tout ou mal résolus / imaginer des solutions nouvelles aux facteurs sociaux d'exclusion et d'isolement / Expérimenter et évaluer des programmes pilotes / Promouvoir la reproduction des solutions validées en privilégiant les partenariats associatifs. Pour en savoir plus cliquer sur ce lien   http://www.delta7.asso.fr
DELTA7 devient un partenaire de OLD'UP dans le champ des formations au numérique ; partenariat formalisé par une convention. 
 
http://www.lespetitsdebrouillards.org/
«Les Petits Débrouillards» site associatif avec lequel OLD'UP pourrait développer des actions.
 
https://www.lesamisdhubert.com
Les Amis d’Hubert, site qui reconnecte les générations entre elles grâce à des moments de loisirs, divertissants, culturels ou artistiques.  Les Amis d'Hubert est une plateforme qui rassemble les générations pour partager des activités de loisirs à domicile ou à l'extérieur. OLD'UP les a rencontrés car ils sont à l'écoute des octo+ 

 

http://www.uvtd.fr/
Les conférences interactives

http://www.culturesenior.org/
S'épanouir à tout âge
 

http://journaldunecentenaire.over-blog.com/
Alix Gaussel est née en 1941. A 66 ans, elle a décidé de devenir centenaire. Au jour le jour, ses premiers pas, ses faux pas, ses pas de deux, ses mauvais pas et ses pas en avant.
 

http://www.ensembledemain.com/1.html
L’association « Ensemble demain » vise à créer et développer des projets intergénérationnels de toutes sortes sur la durée: un programme pédagogique innovant.
 

https://www.lestalentsdalphonse.com
Les Talents d’Alphonse, c’est la première plateforme collaborative intergénérationnelle qui permet de profiter de l’expérience de retraités passionnés (et passionnants) de son quartier, en apprenant un savoir-faire à leur côtés ou en leur confiant votre enfant pour une garde-éveillée !Convaincus du rôle primordial des seniors dans l’équilibre de la société et du bien fondé des échanges entre générations, Barthélemy Gas et Thibault Bastin ont pensé Les Talents d’Alphonse comme un moyen de (re)créer du lien intergénérationnel en réunissant des personnes de tout âge autour d’une passion commune, comme la musique, la photographie, les langues ou encore la couture et le tricot.

http://www.grandsparrains.fr
L’association des Grands Parrains met en relation trois générations: les enfants, les parents et les grands-parrains. Les grands-parrains peuvent transmettre leur savoir-faire et leur amour de la vie et contribuent ainsi à l’épanouissement des enfants. La reconstitution du cercle familial est nécessaire à l’équilibre des enfants et à la construction de leur avenir.


http://passitonnetwork.org/

A global programm exchange for positive aging

http://www.actisse.net
Inventer votre vie à la retraite.

http://www.agesettransmissions.be
Ages et Transmissions a pour objectif de favoriser l’émergence d’une plus grande participation aines à la vie de la société dans un esprit de tolérance et d’ouverture culturelle et philosophique sur le monde d’hier, d’aujourd’hui et de demain dans le cadre d’une société pour tous les âges.

http://www.bitwiin.com
1er site de mise en relation personnelle et professionnelle pour seniors. Le site BiTWiiN.com est une initiative récente et unique entièrement dédiée aux seniors afin de leur permettre à la fois d’échanger autour de centres d’intérêts et de passions mais aussi de mettre leurs compétences à la disposition de tous.

http://www.laviedevantnous.com
Aider les personnes à faire le point sur leur existence actuelle et leurs années futures, à choisir les activités et le mode de vie qui leur conviennent, à surmonter les moments difficiles en participant à des formations, des groupes de paroles, des ateliers animés par des formateurs professionnels.


http://www.pour-les-personnes-agees.gouv.fr/

Portail national d'information pour l'autonomie des personnes âgées et l'accompagnement de leurs proches

http://www.agevillage.com/
Bien vieillir et accompagner le grand âge

 

 

Si vous êtes membre de OLD’UP, vous pouvez, en bas de cette page, lire les 8 commentaires et vous-même participer en déposant votre avis.