OLD'UP EN BREF !

Tout l'agenda de OLD'UP est accessible ici ou pour les groupes ici

POUR TOUS : 30 septembre Réunion Générale. 5 octobre Réunion Comité Scientifique ici

Des vidéos sont disponibles sur la chaîne YouTube de OLD'UP ici.  Les programmes UVDT et Silver Valley sont ici et ici

RESSOURCES, INFORMATIONS ET CONSEILS PRATIQUES

Peut-on se faire aider pour la vaccination ? Combien coûte un hébergement en Ehpad ? Comment organiser un déplacement ? A quelles aides ai-je droit ? La téléconsultation comment ça marche ? Comment communiquer avec WhatsApp ? Organiser une réunion sur Zoom ? Quelles sont les associations proches de chez moi ?...

Dans cette rubrique très pratique, vous pourrez découvrir des dossiers complets, des documents élaborés à la suite de constats comme l'Habilitation familiale, mais aussi des adresses d'associations rencontrées telles « Vieux et chez soi », l'UVDT qui offre des visioconférences interactives ou de services publics tels la SNCF, l'AGIRC ARRCO, Pam 75 et 92,93, 95 qui peuvent intéresser les personnes âgées ou leurs proches ou encore des informations sur les aides financières comme l'APA, le PAP ou sur une accessibilé facilitée. Et bien d'autres choses !

Ces informations ne demandent qu'à être complétées et commentées. Pour écrire un commentaire dérouler le texte jusqu'en bas de cette page. Vous pouvez aussi écrire dans le carré qui s'affiche en bas de la page NOS ACTUALITES en cliquant ici.

BESOIN D'AIDE POUR SE FAIRE VACCINER ?
La campagne de vaccination contre le Covid s'accélère, 79% des personnes de plus de 65 ans ont reçu leur première dose. 
Pour la 2e dose ou les 21% restants, Mamie-Boom accompagne GRATUITEMENT les personnes de plus de 65 ans se faire vacciner, en partenariat avec Uber. Pour en savoir plus, cliquer ici.
Qui est Mamie-Boom ? C’est un service d’accompagnement des retraités par des étudiants de confiance pour leurs sorties et loisirs du quotidien. Soutenue par Malakoff Humanis, la startup Mamie-Boom vous met en lien avec l'un de ses 1500 Gentils Accompagnateurs pour vous accompagner, vous ou vos proches âgés, de manière bénévole du domicile au centre de vaccination. Le trajet s'effectue en Uber.
Comment faire une demande ? Par téléphone au 07 49 28 27 28 ou en remplissant ce formulaire.

EHPAD : DEFINITION, OBLIGATIONS, COUT ET FINANCEMENT
Quand on parle d'EHPAD, de quoi parle-t-on exactement ? Quelles sont les obligations de ces établissements ? Combien coûte un hébergement en EHPAD ? Qui paie quoi ? Quels sont les critères utilisés pour fixer les prix ? Quelles aides peut-on obtenir ? Le document que vous découvrirez ci-dessous tente de répondre à toutes ces questions.

EHPAD : définition, périmètre, obligations

Ehpad : définition et périmètre

Les Ehpad (établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes) sont des maisons de retraite médicalisées qui proposent un accueil en chambre. Ces établissements s’adressent à des personnes âgées de plus de 60 ans ayant besoin d’aide et de soins au quotidien : elles peuvent être partiellement ou totalement dépendantes, pour des raisons physiques ou mentales. Les Ehpad sont à même d’accueillir des résidents atteints de la maladie d’Alzheimer et de maladies apparentées.

L’accompagnement en Ehpad est global et inclut des prestations hôtelières, un accompagnement de la perte d’autonomie et un encadrement des soins quotidiens. Les résidents et leurs proches sont déchargés de toute l’intendance.

Les Ehpad accueillent généralement entre 50 et 120 résidents. Une exception : les petites unités de vie. Ce sont des Ehpad de petite taille hébergeant moins de 25 personnes.

Précisons qu’il existe aussi des maisons de retraite non médicalisées : elles s’adressent à des personnes âgées de plus de 60 ans qui sont en perte d’autonomie mais n’ont pas encore besoin d’aide ou de soins permanents.

 

Les obligations des Ehpad en matière d’hébergement

Depuis le 1er juillet 2016 (décret d’application n°2015-1868 de la loi du 30 décembre 2015 relative à l’adaptation de la société au vieillissement), les Ehpad sont tenus de fournir à leurs résidents un socle de prestations obligatoires en matière d’hébergement :

  1. Prestations d’administration
  2. Prestations d’accueil hôtelier

                Mise à disposition d’une chambre avec accès à une salle de bain et des toilettes
                Entretien et nettoyage des chambres, pendant et à l’issue du séjour
                Entretien et nettoyage des parties communes et des locaux collectifs
                Maintenance des bâtiments, des installations techniques et des espaces verts
                Mise à disposition des connectiques pour l’accès à la télévision et au téléphone
                Accès à internet au sein de l’établissement

  1. Prestations de restauration

Accès à un service de restauration
Fourniture de trois repas, d’un goûter et mise à disposition d’une collation nocturne

  1. Prestations de blanchissage

                Fourniture, pose, renouvellement du linge plat et du linge de toilette

  1. Prestations d’animation de la vie sociale

                Accès aux animations collectives et aux activités organisées dans l’enceinte de l’établissement
                Organisation des activités extérieures.

Cette liste constitue, comme le décret l’indique, un socle minimum. Les Ehpad sont libres d’ajouter à cette liste des prestations sans les facturer en plus (entretien du linge des résidents par exemple). Ils peuvent aussi proposer des prestations optionnelles qui donnent lieu à une facturation supplémentaire.

 

L’accompagnement des résidents en Ehpad

Les résidents qui ont besoin d’être accompagnés dans les gestes de la vie quotidienne (lever, coucher, toilette, repas…) sont aidés par le personnel de l’Ehpad.

Les soins quotidiens (pansements, mesure de la glycémie, distribution de médicaments…) sont réalisés par l’équipe soignante de l’Ehpad, sous le contrôle d’un médecin coordonnateur. Celui-ci s’occupe également de la coordination des interventions du médecin traitant (qui n’est pas le médecin coordonnateur) et des rendez-vous avec les différents spécialistes.

Le résident a le libre choix de son médecin traitant. Celui-ci doit toutefois avoir signé une convention avec l’Ehpad pour pouvoir y intervenir.

 

S’inscrire en Ehpad

Il existe désormais un dossier national unique d’admission en Ehpad, qui peut également être utilisé pour les petites unités de vie et l’hébergement temporaire.

Ce formulaire, qui peut être téléchargé sur le site service-public.fr (rubrique « formulaires et services en ligne »), comporte deux volets :

Un volet administratif (informations administratives habituelles, précisions sur le contexte de la demande, justificatifs financiers…)

Un volet médical qui doit être daté et signé par le médecin traitant ou un autre médecin. Ce dossier médical est remis sous pli confidentiel au médecin coordonnateur qui se prononcera sur l’admission en fonction des possibilités d’accueil de l’Ehpad.

 

Il est naturellement préférable de faire plusieurs demandes d’admission dans différents établissements. Dès qu’une place se libère dans l’un d’entre eux, la direction prend contact avec la personne âgée pour envisager l’admission prochaine, après avoir recueilli l’avis du médecin coordonnateur. La personne âgée peut bien sûr refuser l’entrée en Ehpad si elle a changé d’avis ou trouvé une place ailleurs.

 

Quelques chiffres sur les Ehpad

Fin 2015, on comptait 600 380 places en Ehpad pour environ 7000 établissements.

49% public
29% privé associatif
22% privé commercial

Plus de ¾ des résidents sont des femmes (90% d’entre elles sont seules).

La durée moyenne de séjour est de 2 ans et 9 mois pour les femmes, 2 ans pour les hommes.

Moyenne d’âge : 86 ans et 5 mois

Plus de la moitié des résidents en Ehpad a plus de 88 ans.

Un tiers des résidents souffrent de la maladie d’Alzheimer ou d’une maladie apparentée.

Une tendance au long cours : les résidents arrivant en Ehpad sont de plus en plus âgés et de plus en plus dépendants.

Source : DREES « Enquête Ehpa 2015 »

Le coût et le financement des EHPAD

L’entrée en EHPAD doit être considérée comme le transfert vers un nouveau domicile. Certes, ce nouveau domicile n’a pas tout à fait les mêmes caractéristiques que la résidence personnelle, en ce sens qu’une vie collective vient se superposer à la vie personnelle et intime.

La relation de confiance de tous les membres de la famille avec l’équipe chargée de l’accueil du résident en EHPAD est un élément primordial pour que la personne prise en charge retrouve rapidement la sérénité suffisante pour vivre dans ses nouvelles conditions d’hébergement.

Parmi les sujets qui peuvent générer des tensions au sein des familles figure en bonne place la question de la charge financière. Aussi, a-t-il paru utile à OLD’UP de réaliser un focus sur ce dossier.

Les éléments qui vont être exposés ensuite n’ont pas de caractère exhaustif mais contribueront sans doute à la compréhension d’un système par nature complexe, et qui est en mutation permanente.

Beaucoup des sujets traités sont issus du site internet de la Caisse Nationale de Solidarité et d’Autonomie (CNSA) : https://www.pour-les-personnes-agees.gouv.fr/ qui est une mine d’informations mise à jour régulièrement.

Ce site donne par ailleurs accès à un annuaire des établissements accompagné d’un comparateur de prix.

Les prestations facturées

Les EHPAD proposent à leurs résidents trois types de prestation qu’il est important de bien distinguer :

  • L’hébergement (mise à disposition et entretien d’une chambre qui devient le domicile personnel, pension complète, entretien des espaces communs…)
  • L’accompagnement pour les gestes de la vie quotidienne (aide à la toilette, aux repas, aux déplacements…)
  • Les soins médicaux journaliers et la prise en charge médicale (distribution des médicaments, pansements…)

A chacune de ces trois prestations, correspond un tarif journalier :

  • Le tarif hébergement journalier est à la charge du résident
  • Le tarif dépendance journalier est également à la charge du résident, mais il peut en partie être pris en charge par le Conseil départemental, dans le cadre de l’APA (allocation personnalisée d’autonomie) en établissement.
  • Le tarif soins médicaux journaliers est à la charge de l’Assurance Maladie, par le biais des Agences Régionales de Santé (ARS).

 

Le tarif hébergement

Le tarif hébergement qui est affiché par les EHPAD inclut l’ensemble des prestations minimales à fournir, telles qu’elles sont inscrites dans la loi. D’autres prestations (non imposées par décret) peuvent éventuellement s’y ajouter.

Au sein d’un même établissement, des prix hébergement différents peuvent être pratiqués en fonction des caractéristiques de la chambre : chambre simple ou double, balcon, superficie, etc.

Enregistré dans le contrat de séjour signé avec la personne âgée lors de son entrée dans l’établissement, le montant du tarif hébergement ne peut pas être modifié en cours d’année. Il est réévalué tous les ans.

Les tarifs d’hébergement sont fixés par l’établissement, selon les critères définis plus haut.

A noter, toutefois, que pour les établissements qui font le choix d’une habilitation totale à l’ASH (Aide Sociale à l’Hébergement), le tarif d’hébergement est arrêté par l’autorité de tutelle, à savoir le Président du Conseil Départemental.

Le tarif dépendance

Le tarif dépendance est fixé chaque année par le Conseil départemental. Il est calculé en fonction du niveau moyen de dépendance des résidents. Celui-ci est mesuré par le Gir, qui compte 6 échelons : le Gir 1 correspond au niveau de perte d’autonomie le plus fort ; le Gir 6 correspond au niveau de perte d’autonomie le plus faible. (Voir encadré)

Le GIR correspond au niveau de perte d’autonomie d’une personne âgée. Il est calculé à partir de la grille AGGIR. Les personnes évaluées en GIR 1 à 4 peuvent bénéficier de l'APA.

Il existe trois tarifs dépendance. Plus la dépendance du résident est élevée, plus le tarif journalier est élevé :

Le tarif correspondant au Gir 1-2 est le plus élevé (résidents très dépendants).

Le tarif correspondant au Gir 3-4 est le tarif intermédiaire (résidents dépendants).

Le tarif correspondant au Gir 5-6 est le moins élevé (résidents autonomes).

 

Le tarif soins journaliers

Le coût des dépenses médicales de l’établissement n’est pas facturé aux résidents mais il est couvert par un financement de l’Assurance Maladie versé directement à l’EHPAD. Ce montant permet à l’établissement de financer le personnel soignant (infirmiers, aides-soignants…), l’achat de produits pharmaceutiques de base utilisé par le personnel, le matériel nécessaire aux soins.

Ce financement ne s’applique qu’aux dépenses médicales collectives de l’établissement. Il ne s’applique pas aux dépenses médicales personnelles des résidents.

La prise en charge des frais médicaux personnels des résidents (consultations médicales, médicaments, adhésion à une mutuelle) dépend du statut de l’établissement. Dans les établissements dits « en tarif soin partiel », les résidents continuent à s’acquitter de leurs frais médicaux personnels comme à domicile, ils sont ensuite remboursés par la Sécurité sociale et la mutuelle, comme à domicile. Dans les établissements dits « en tarif soin global », l’Assurance Maladie verse une enveloppe supplémentaire à l’EHPAD, en plus des frais liés à la médicalisation des EHPAD. Cette enveloppe est destinée à couvrir certains frais médicaux personnels des résidents, notamment la rémunération des médecins généralistes et les examens de biologie et de radiologie courants. Les résidents n’ont pas à avancer ces frais.

 

Les aides publiques existantes

Il existe trois aides publiques qui peuvent aider le résident à payer les frais d’hébergement et les frais liés au tarif dépendance :

  1. L’Aide Sociale à l’Hébergement (ASH) si l’établissement est habilité à recevoir des bénéficiaires de l’aide sociale ;

L’ASH permet aux résidents dont les ressources sont trop faibles pour supporter leurs frais d’hébergement de solliciter une aide auprès du Conseil Départemental. Le Conseil Départemental paie la différence entre le montant de la facture et la contribution de la personne, voire de ses obligés alimentaires.

Les montants d’ASH versés par le Conseil Départemental sont récupérables du vivant et au décès de la personne bénéficiaire.

Pour solliciter l’ASH, un dossier doit être déposé à la Mairie ou au CCAS (Centre Communal d’Action Social) du domicile, à la même date que le dossier d’admission. Le dossier sera ensuite transmis au Conseil Départemental.

  1. Les Aides au Logement APL (Aide Personnalisé au Logement) ou ALS (Allocation de logement social) qui s’appliquent sur la partie de la facture relative à l’hébergement ; la demande des aides au logement se fait auprès de la CAF (Caisse d’Allocations Familiales) ou de la MSA (Mutualité Sociale Agricole).
  2. L’Allocation Personnalisée d’Autonomie (APA) qui s’applique sur la partie de la facture relative au tarif dépendance pour les Gir 1-2 et 3-4 (les personnes en Gir 5-6 ne sont pas éligibles à l’APA).

L’APA est attribuée et versée par le Conseil Départemental.

Ces aides peuvent s’additionner. Elles dépendent des ressources pour l’ASH, l’aide au logement et l’APA ; du niveau d’autonomie pour l’APA.

Une réduction fiscale est possible pour les résidents imposables.

NB : L’APA étant un dispositif géré par les Conseils Départementaux, à situation identique, les plans d’aide mis en place peuvent laisser des restes à charge différents pour le bénéficiaire d’un département à l’autre en fonction des politiques locales.

 

Que paie le résident ?

Chaque mois, le résident reçoit une facture qui se décompose en deux parties :

  • Le prix hébergement.
  • Le tarif dépendance.

Le plus souvent, c’est le tarif dépendance Gir 5-6 qui est appliqué (le moins cher). Ce tarif s’applique en effet à toutes les personnes ayant un revenu mensuel inférieur à 2479,44 euros, quel que soit son niveau de Gir. Pour les personnes ayant un revenu supérieur, le tarif appliqué est fonction du niveau de GIR.

Les aides publiques auxquelles a droit le résident sont déduites du montant total de la facture. Ce que le résident doit payer s’appelle le reste à charge.

 

Concrètement, quel prix ?

La CNSA (Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie) a mené en 2018 auprès de 6668 établissements une étude sur le tarif des EHPAD.

En 2018, le prix médian d’une chambre seule en EHPAD s’élevait à 1977 euros (la moitié des EHPAD a un tarif inférieur, l’autre moitié un tarif supérieur). Le prix hébergement représente environ 90% de cette somme, le reste correspondant au tarif dépendance.

Ce prix médian de 1977 euros ne suffit pas à rendre compte de la grande variabilité de prix d’un établissement à l’autre. Ainsi, 10% des établissements facturent un prix inférieur à 1697 euros par mois, quand 10% facturent un prix supérieur à 2861 euros par mois.

Il est à noter que ce tarif de 1977 euros est souvent supérieur au revenu moyen des personnes de 75 ans et plus.

Les disparités tarifaires sont très marquées entre les départements – les EHPAD parisiennes pratiquant généralement les tarifs les plus élevés. Par ailleurs, l’étude montre que, en règle générale, les établissements les moins chers sont les EHPAD publics. Viennent ensuite les EHPAD privés non lucratifs puis les EHPAD privés commerciaux. Ces disparités de prix s’expliquent en partie par le fait que les EHPAD commerciaux sont des structures globalement plus récentes, implantées majoritairement sur des territoires urbanisés, alors que les EHPAD publics sont généralement plus anciens et proportionnellement plus implantés sur des territoires ruraux. On observe également une corrélation entre les départements dans lesquels les loyers sont les plus élevés et les prix des places en EHPAD.

Il est important de noter que le coût de l’immobilier pèse lourdement sur le reste à charge des résidents.

Ainsi, l’impact du coût de l’immobilier est d’autant plus important que l’immeuble est récent et que les équipements répondent aux exigences modernes tant en termes de respect de l’environnement qu’en termes de nouvelles technologies.

Pour autant, un résident qui se voit contraint, à cause notamment de sa perte d’autonomie, d’intégrer un EHPAD de construction récente -certes plus respectueux de l’environnement et mieux équipé- doit-il supporter un reste à charge notoirement plus élevé au prétexte que l’amortissement immobilier est plus important.

De même, les résidents supportent-ils une différence de tarif en fonction de leur date d’entrée dans l’institution ou encore en fonction de leur niveau de dépendance.

L’entrée en EHPAD ne relève que très rarement d’un choix de vie mais bien d’une nécessité subie et il paraît normal que la Solidarité nationale soit mobilisée pour réduire le reste à charge au minimum supportable. Au-delà, ce minimum doit correspondre à la réalité du service offert et le tarif de devrait pas intégrer, sauf de façon marginale, de variable relative à la qualité et au coût de l’immobilier.

Alors que la loi grand âge et autonomie n’arrive pas à trouver sa place dans le calendrier parlementaire, on mesure combien il devient nécessaire de trouver les moyens collectifs de financer les réalisations au service des vieux que nous serons tous un jour où l’autre, même si nous n’aurons pas tous les mêmes besoins d’accompagnement !

 

 

La grille Aggir

La grille nationale Aggir permet de mesurer le degré de perte d'autonomie du demandeur de l'allocation personnalisée d'autonomie (APA). Elle sert à déterminer si le demandeur a droit à l'APA et, dans le cas où il y a effectivement droit, le niveau d'aides dont il a besoin. Les degrés de perte d'autonomie sont classés en 6 groupes iso-ressources (Gir). À chaque Gir correspond un niveau de besoins d'aides pour accomplir les actes essentiels de la vie quotidienne.

La grille Aggir mesure les capacités de la personne âgée à accomplir :

- 10 activités corporelles et mentales, dites activités discriminantes,

- 7 activités domestiques et sociales, dites activités illustratives.

Seules les 10 activités discriminantes sont utilisées pour déterminer le groupe iso-ressources (Gir) dont relève la personne âgée.

Les 7 activités illustratives sont destinées à apporter des informations complémentaires à l'évaluateur pour mieux appréhender la situation globale de la personne.

La grille Aggir est intégrée à un référentiel d'évaluation qui permet de recueillir l'ensemble des informations nécessaires à l'élaboration du plan d'aide de la personne âgée.

En fonction de son degré de perte d'autonomie, la personne âgée est classée dans un groupe iso-ressources (Gir).    Il en existe 6.

Seuls les Gir 1 à 4 ouvrent droit à l'Apa.

La personne relevant des Gir 5 ou 6 ne peut pas avoir droit à l'Apa. Elle peut toutefois solliciter sa Mutuelle ou sa caisse de retraite pour une aide-ménagère ou une aide au titre de l’action sociale.

 

 

Activités corporelles et mentales (dites "discriminantes")

  • Communiquer verbalement et/ou non verbalement, agir et se comporter de façon logique et sensée par rapport aux normes admises par la société
  • Se repérer dans l'espace et le temps
  • Faire sa toilette
  • S'habiller, se déshabiller
  • Se servir et manger
  • Assurer l'hygiène de l'élimination urinaire et fécale
  • Se lever, se coucher, s'asseoir, passer de l'une de ces 3 positions à une autre
  • Se déplacer à l'intérieur du lieu de vie
  • Se déplacer en dehors du lieu de vie
  • Utiliser un moyen de communication à distance (téléphone, alarme, sonnette, etc.) dans le but d'alerter en cas de besoin

Activités domestiques et sociales (dites "illustratives")

  • Préparer les repas et les conditionner pour qu'ils puissent être servis
  • Gérer ses affaires, son budget et ses biens, reconnaître la valeur monétaire des pièces et des billets, se servir de l'argent et connaître la valeur des choses, effectuer les démarches administratives, remplir les formulaires
  • Effectuer l'ensemble des travaux ménagers courants
  • Utiliser volontairement un moyen de transport collectif ou individuel
  • Acheter volontairement des biens
  • Respecter l'ordonnance du médecin et gérer soi-même son traitement
  • Pratiquer volontairement, seul ou en groupe, diverses activités de loisir

 

 

LES OUTILS DU NUMÉRIQUE
WhatsApp, Zoom, Skype... Ces outils qui permettent de parler, échanger, se voir, communiquer virtuellement avec ses proches, sont particulièrement utiles en ces temps de crise sanitaire, souvent synonyme d'isolement.

Pour participer à une visio-conférence de OLD’UP ou pour tenir une réunion de famille virtuellement, l’application Zoom est pratique, facile à utiliser. L'inscription à Zoom n'est obligatoire que si vous souhaitez organiser la visioconférence.  Seul l’organisateur a besoin d’ouvrir un compte (gratuit pour 40 mn d’échanges renouvelables ou avec un abonnement d’environ 15 €). Les participants invités en sont dispensés. Mentionnons aussi Jitsi Meet, gratuit, très simple d’utilisation qui fera l’objet d’une autre fiche.

En préalable, une mauvaise connexion ou connexion instable peut être dû à un wi-fi dont le signal est trop faible. Dans ce cas, vous pouvez acheter un un câble ethernet (prix variable en fonction de la longueur) à partir de 18 €, à brancher sur votre ordinateur et à relier à votre box.  Le confort sur Zoom  ou autre outil utilisant internet sera nettement amélioré.

Vous trouverez ci-dessous des modes d'emploi détaillés qui devraient vous faciliter la vie.

Un service public pour vous aider à utliser internet

 Solidarité numérique : ouverture, depuis le 29 mars 2020, d'un site de service public, destiné à aider les personnes en difficulté avec l’accès aux services en ligne. Ce service est accessible à l’adresse suivante  https://www.solidarite-numerique.fr/ et par téléphone (non surtaxé) au 01 70 772 372

Mode d'emploi pour S'INSCRIRE SUR ZOOM

Installez Zoom sur votre ordinateur, en utilisant votre navigateur web habituel (Chrome, Firefox, Edge, Safari, etc.).
Ou téléchargez l’application Zoom sur votre smartphone ou votre tablette (sur Android ou Apple), depuis le Play Store et l'App Store.

Rendez-vous sur le site de Zoom et cliquez en haut à droite sur le bouton « Inscrivez-vous c'est gratuit ».
Indiquez votre date de naissance, en utilisant le menu déroulant. Cliquez sur « Continuer ».
Créez un compte avec votre adresse email. Puis cliquez sur le lien de confirmation reçu dans votre boite mail.
Ensuite, suivez la marche à suivre décrite pour s’inscrire -bouton S'inscrire-. Le service vous envoie alors un courriel. Validez l’inscription en cliquant sur le bouton « Activer mon compte ». Un nouvel onglet de votre navigateur web s'ouvre alors : cochez, dans la page qui s'affiche, la case « Non » et cliquez sur « Continuer ». Saisissez ensuite votre nom et votre prénom. Choisissez et confirmez un mot de passe. Terminez d'un clic sur le bouton « Continuer »

Vous êtes désormais inscrits ! Vous pouvez organiser des réunions, vous entendre et vous voir.

Mode d'emploi pour ORGANISER UNE REUNION SUR ZOOM

Cliquez sur « Programmer / Nommer votre invitation (Sujet) / Ecrire la date et l’heure / Ecrire votre choix des options ». Renseignez les informations demandées. Puis cliquez sur « Enregistrer en bas à droite ». Le rendez-vous est programmé.

Maintenant vous pouvez envoyer l’invitation à vos invités. Pour cela, sur la page d’accueil, cliquez sur « Réunions » (en bas), passez votre souris sur le nom de votre RDV puis sur les 3 points qui apparaissent à droite et sur copier l’invitation. Collez ensuite ce texte dans un mail ou un SMS pour vos invités.
Le jour de votre rendez-vous, cliquez sur « Réunions » puis sur « Commencer » et activez la caméra en bas à gauche. N’oubliez pas d'accepter vos invités qui arrivent en salle d’attente virtuelle. Vous pouvez commencer la réunion.

À savoir : À partir de trois personnes, les réunions expirent au bout de 40 minutes, sauf si l’organisateur dispose d’une licence payante (13,99€/mois).

Mode d'emploi pour REPONDRE A UNE INVITATION ZOOM

"Je t'ai envoyé un lien pour faire un Zoom". Peut-être allez-vous recevoir ce message de la part d'un proche ?

Voici comment participer :
Vérifiez que vous avez préalablement installer l'application Zoom.
Cliquez sur le lien reçu par mail. Le mot de passe est intégré dans le lien, pas besoin de le saisir. Puis cliquez sur le bouton « Lancer la réunion ».
Cliquez sur « Ouvrir zoom.us.app » : le logiciel s’ouvre. Cliquez sur le bouton bleu « Rejoindre la réunion par l’audio de l’ordinateur », puis cliquez sur « OK » quand le logiciel vous demande l’accès à votre appareil photo. (Quand la fenêtre principale s’ouvre, bougez la souris pour faire apparaître les barres d’outils). Attention, la caméra est coupée au démarrage, donc cliquez sur « Démarrer vidéo » en bas à gauche. (Vous pourrez à tout moment choisir de fermer la caméra ou le micro).

Mode d'emploi de WHATSAPP

WhatsApp est une application de messagerie qui permet de partager messages écrits, vocaux, vidéos et photos avec vos proches. Il suffit d’avoir un téléphone mobile (smartphone, I Phone) ou une tablette (sur l’ordinateur, il est nécessaire d’avoir déjà l’appli sur son mobile puis d’aller dans WhatsApp Web) et de disposer d’un réseau internet soit la 4G ou le Wifi. WhatsApp permet aussi de créer des groupes d'interlocuteurs, pour envoyer simultanément à tous le même message écrit, une photo, une petite vidéo.

WhatsApp, qui utilise le réseau Internet, permet  donc de communiquer gratuitement, vers et depuis l'étranger, par écrit ou par téléphone (sans répondeur) avec vos proches ayant eux-mêmes installés l'application, ils feront automatiquement partie de votre répertoire de contactsEx. : Si Jules est noté dans vos contacts et s'il a installé WhatsApp, une icône verte s'affichera ; il suffira de cliquer dessus pour au choix téléphoner (ça sonne) ou écrire et envoyer.  Le service est disponible gratuitement sur le Google Play store pour Android et sur l'App store pour Apple.

Comment installer cette appli sur votre mobile :

> 1° Sur la page d’accueil de votre mobile, il y a une barre de recherche, taper ou dites WhatsApp. Installer l’appli en suivant les instructions. On vous demandera quelques renseignements, votre N° de téléphone, vos nom et prénom. N’hésitez pas à les communiquer.

> 2° Une fois l’appli installée sur votre mobile, le plus simple est de manipuler et chercher, sans crainte, en cliquant sur les icônes du bandeau en haut de page et de voir comment cela fonctionne, de gauche à droite :

-Prendre une photo en cliquant sur le symbole « Photo » à gauche de votre écran, une fois la photo prise vous pouvez l'envoyer en cliquant sur la flèche en bas à droite de l'écran. OU ouvrez directement une page au nom de votre interlocuteur, cliquer sur le symbole à gauche, en bas de l'écran pour prendre la photo et envoyer   (Même modalités pour réaliser une mini vidéo à envoyer). Vous pouvez aussi aller chercher une photo déjà enregistrée dans votre galerie et l'envoyer.

 -Disc : permet de faire des discussions à plusieurs.

-Statut : si vous désirez être signalé par une petite photo.

Quand vous avez choisi un contact vous pouvez l’

-Appeler en audio avec l'icône d'un téléphone.

-Appeler en visio donc en visualisant vous et votre interlocuteur avec l'icône caméra

- Enregistrer un message oral, une musique en appuyant sur le rond vert en bas à droite de l'écran (micro) et l'envoyer.

> 3° Regarder les paramètres en cliquant sur les trois petits points à droite et faites un premier essai en appelant quelqu’un qui se fera un plaisir de vous informer. A défaut, taper sur un moteur de recherche, Google, Quant, Lilo… : « comment utiliser WhatsApp »

Deepl : un outil numérique de traduction, performant et gratuit

Deepl : Essayer ce nouvel outil de traduction en ligne basé sur les réseaux neuronaux. DeepL offre un service gratuit pour les langues suivants : français, anglais, allemand, espagnol, portugais, italien, néerlandais, polonais et russe.  C’est déjà réputé d’être plus performant de services actuellement en ligne.
> plus d'informations sur le site de Deepl : www.deepl.com/fr/translator

 

SANTÉ
Pas toujours facile d'organiser des soins, surtout à distance, d'obtenir des remboursements ou de rentrer chez soi après une hospitalisation...

Remboursement intégral des aides auditives avec le dispositif « 100 % santé »

Certaines aides auditives remboursées intégralement à partir du 1er janvier 2021

À compter du 1er janvier 2021, la prise en charge par la Sécurité sociale des audioprothèses évolue.
Les assurés choisissant les appareils inclus dans le dispositif du « 100 % santé » seront entièrement remboursés.
Le prix du premier modèle sera plafonné à 950 € (au lieu de 1 100 € en 2020) pour les personnes âgées de plus de 20 ans. 240 € seront pris en charge par l'Assurance maladie et 710 € par les complémentaires santé.
Ce remboursement intégral (sans reste à charge) des aides auditives était prévu dans le cadre de la réforme dite « 100 % santé » par un décret publié au Journal officiel du 12 janvier 2019.

Rappel : Pour bénéficier du remboursement d'un appareillage sur mesure, vous devez présenter une ordonnance à un audioprothésiste. Depuis le 1er janvier 2020, tous les audioprothésistes doivent obligatoirement établir et proposer un devis comportant au moins une offre « 100 % santé » pour chaque oreille.

La Téléconsultation

Depuis le 15 septembre 2019, en France, vous pouvez bénéficier d’un acte de téléconsultation remboursable par l’Assurance Maladie.
La mise en place de la télémédecine en général et de la téléconsultation en particulier permet une prise en charge et un suivi plus rapide, en évitant que des patients renoncent à des soins car ils ne trouvent pas de médecins spécialistes ou à cause de délais de prise en charge trop longs.
La télémédecine constitue aussi un moyen de limiter pour les patients les déplacements inutiles ou le recours aux urgences.
Dans certaines situations, cela peut éviter des hospitalisations et des ré-hospitalisations.

La consultation est réalisée par un médecin à distance. Le patient peut être assisté d’un autre professionnel de santé (un autre médecin, un infirmier, un pharmacien par exemple…), mais ce n’est pas obligatoire. Cette consultation doit nécessairement se faire par vidéo pour être prise en charge par l’Assurance Maladie. Le conseil qu’un médecin peut donner à un patient par téléphone ne relève pas du champ de la téléconsultation remboursable. De plus, le médecin qui assure la téléconsultation doit en principe déjà connaître le patient.
Tout patient, quel que soit son lieu de résidence, peut bénéficier d’une téléconsultation si le médecin le propose et que le patient donne son accord.Toutes les situations médicales peuvent a priori être concernées. Mais le médecin est le seul à déterminer si la consultation est réalisable à distance car certaines situations (douleurs abdominales, otite…) imposent la présence physique du patient. Les médecins pouvant pratiquer une téléconsultation sont : les médecins libéraux conventionnés, exerçant en secteur 1 ou en secteur 2, quelle que soit leur spécialité médicale, les médecins salariés d’établissements sanitaires (hôpitaux ou cliniques), de centres de santé. Les patients doivent être connus des médecins réalisant des actes de télémédecine afin que ces derniers disposent des informations nécessaires à un suivi de qualité. Ainsi, au moins une consultation physique doit avoir eu lieu avec ce médecin au cours des 12 mois précédant la téléconsultation. Pour que le médecin puisse assurer une prise en charge de qualité, les téléconsultations doivent se faire en alternance avec des consultations en face-à-face.

> pour en savoir plus : www.ameli.fr/assure/remboursements/rembourse/teleconsultations/teleconsu...

Un outil : Instant Visio pour joindre une infirmière

Instant Visio https://instantvisio.com
Outil d'appel vidéo ultra-simplifié permettant aux infirmières et au personnel aidant de lancer un échange en visio entre des personnes fragiles isolées ou hospitalisées et leurs familles & amis. Le service est gratuit, sans inscription, sans exploitation de données personnelles. Il suffit de renseigner le numéro de téléphone et/ou le mail du proche qu’on veut joindre et un lien pour entrer en visio lui est envoyé. Un simple clic sur le lien reçu lui permet de commencer la visio, sans installation supplémentaire.

Une aide pour faciliter votre retour à domicile après une hospitalisation

Vous êtes ou allez être hospitalisé dans un établissement de santé parisien et résidez à Paris ?
L’Assurance retraite Île-de-France et l’Agirc-Arrco s’engagent pour faciliter votre retour à domicile et préserver ainsi votre autonomie.
Vous pouvez ainsi bénéficier rapidement et gratuitement de prestations personnalisées :
- Aides à domicile jusqu’à 10 heures
- Conseils pratiques selon votre situation
- Aides au maintien à domicile complémentaires, jusqu’à 3 mois si nécessaire
Demandez une aide pour faciliter votre retour à domicile ! Appelez le 09 70 25 02 51 (service gratuit + prix appel).
> plus d’informations sur les sites : lassuranceretraite-idf.fr ou agirc-arrco.fr.

Programme Garder l'équilibre

L’Agence régionale de santé Île-de-France en collaboration avec Gérond’if et leurs partenaires ont élaboré le programme "Garder l'équilibre" pour permettre à la population de préserver son équilibre de manière simple et ludique, et limiter ainsi les risques de chutes.
Ce programme comporte un site web (https://garder-lequilibre.fr/) et une application mobile gratuite téléchargeable sur Google Play (et bientôt sur l'App Store).
> plus d’informations ici

La CNAV informe et prévient : "Une chute peut perturber la vie quotidienne. Pour les éviter, il est conseillé de travailler sa souplesse. Comment entretenir son équilibre ? Ensemble, les caisses de retraite et Santé publique France vous conseillent en cas de chutes".
> plus d’informations ici

Retour d'hospitalisation 

Sur le thème : « Les Seniors et le retour d’hospitalisation », le Think tank « AgeEconnomy »  (www.AgeEconomy.org)
diffuse les difficultés d’un retour au domicile pour les personnes âgées après une hospitalisation. Retour chez soi,  qui nécessite souvent une adaptation un peu compliquée.
Geniaxes, l’ ADMR, Cap Vital Santé, Coreso sont des prestataires qui définissent leurs offres de services sur leur site.
Les prestations sont très complètes et répondent à tous les besoins du médical au « ménage »…
Nous vous proposons de parcourir , les résultats du baromètre via une vidéo youtube à l'adresse suivante : https://youtu.be/pdgoqopkSOU

Deux aides complémentaires santé :
Si vous avez 75 ans et plus et êtes bénéficiaire d’une retraite complémentaire AGIRC ARRCO, vous pouvez solliciter un service d’aide ponctuel et momentanée pour vous aider à quelques travaux de ménage quotidien :  « De l’aide si je veux »
Il suffit d'appeler le 0810 360 560.
Si vous avez 80 ans et plus et êtes bénéficiaire d’une retraite complémentaire AGIRC ARRCO, vous pouvez solliciter un service d’accompagnement à pied ou en voiture : «  Je sors si je veux » au 0810 360 560.

 

VIE PRATIQUE
Se faire accompagner, se déplacer, vivre dans des logements adaptés, trouver de l'aide et des informations...

Paris en Compagnie : nouveau service d’accompagnement des seniors parisiens

La Maire de Paris a souhaité que chaque Parisien.n.e qui le souhaite puisse s’engager auprès des ainés afin de permettre aux plus vulnérables et aux plus isolés d’entre eux d’être accompagnés dans leurs déplacements de proximité, leurs promenades ou pour se rendre à des activités dans leur quartier.
Il s’agit d’aider les plus âgés à sortir de chez eux afin de leur permettre de se réapproprier l’espace public et de renforcer le lien social grâce à l’implication des bénévoles.
Ce dispositif est porté par les petits frères des Pauvres, Lulu dans ma rue et Autonomie Paris Saint-Jacques. Il repose aussi sur la mobilisation de tous.
Est proposé : un accompagnement de personnes âgées dans leurs déplacements à Paris pour démarches administratives, visites médicales, sorties … des plus de 65 ans.
Les contacts peuvent être pris sur le site (parisencompagnie.org), auprès des kiosques « lulu dans ma rue » ou par téléphone (01 85 74 75 76).
> plus d'informations : parisencompagnie.org

Bricobus : pour des logements parisiens adaptés à la perte d'autonomie

Bricobus : pour des logements parisiens adaptés à la perte d'autonomie
Un bus sillonne Paris pour apporter services et conseils aux locataires de plus de 65 ans
Après une expérimentation dans deux arrondissements parisiens, le dispositif Bricobus se déploie sur l’ensemble des logements de Paris Habitat à partir du 27 février. Un dispositif qui a vocation à venir en aide aux personnes âgées dans les petits travaux du quotidien mais qui permet aussi de lutter contre l’isolement.
> plus d'informations sur le site d'AGE VILLAGE ici

SNCF: Accès plus pour voyager plus facilement.

Un service SNCF pour nous :
Quand vous avez envie de prendre le train…osez…pensez à contacter le service ACCES PLUS de la SNCF.
Vous serez assis tranquillement à votre place sans être bousculé et un agent SNCF vous aidera à monter et descendre du train.
MODE D'EMPLOI :
Par téléphone : Au moins 48h avant votre voyage, composez le 0 890 640 650 et appuyez sur la touche 1. (0,11€ TTC/mn depuis un poste fixe, hors surcoût éventuel) ou composez le 36 35 et dites « Accès Plus ». (0,40€ TTC la première minute et 0,11€ TTC les suivantes depuis un poste fixe, hors surcoût éventuel).

Par fax : au moins 48h avant votre voyage, composez le 0 825 825 957 (0,15€ TTC/mn).
Par courriel : Au moins 48h avant votre voyage, envoyez votre demande à accesplus@sncf.fr
Par Internet : Au moins 48h avant votre voyage, remplissez votre formulaire de réservation sur voyages-sncf.com
En boutique SNCF et agence de voyages agréée : Au moins 48h avant votre voyage, tous nos agents et conseillers sont à votre écoute.

ACCÈS PLUS
Accès Plus est notre service d'accueil en gare et d'accompagnement jusqu'au train des personnes handicapées ou à mobilité réduite.
Disponible dans près de 360 gares sur le réseau national, à travers 5 régions et dans 51 gares franciliennes, il est totalement gratuit. Pour préparer votre voyage et réserver votre prestation, contactez votre conseiller Accès Plus.
Ensuite ? Laissez-vous guider :
- le jour de votre départ, présentez-vous à la gare 30 mn avant l’heure de départ de votre train. Un agent SNCF vous accompagne, porte vos bagages (15 kg maximum) et vous aide à vous installer à votre place
- pendant votre trajet, c'est le chef de Bord qui veille au bon déroulement de votre voyage. Une ligne d'urgence Accessibilité est également à votre disposition en cas de difficulté, par téléphone au 0 890 640 650, touche 2 (0,11€ TTC/min hors coût éventuel lié à l'opérateur) ou par SMS au 0610 640 650 (numéro non surtaxé)
- à votre arrivée, un agent vous accueille et vous conduit à votre point de rendez-vous en gare. En cas de correspondance, il vous accompagne à bord de votre prochain train.

Homiz : plateforme innovante de cohabitation intergénérationnelle

Homiz : plateforme innovante de cohabitation intergénérationnelle en France, mise en place par 3 jeunes entrepreneurs.
« Notre souhait est d'aider des jeunes à cohabiter chez des seniors pour bénéficier : d'un cadre confortable à un prix abordable, d'un complément de revenus et de menus services, de lien social. Vous trouverez en pièce jointe une présentation précisant le cadre dans lequel s'inscrit notre projet. »
> plus d'informations sur le site de Homiz : https://homiz.eu/

Homerci L'habitat partagé dans les Hauts de Seine

Homerci L'habitat partagé dans les Hauts de Seine :

Objectif : Créer/recréer du lien entre les personnes.
Fonctionnement : un hôte, senior - famille, qui dispose d’une chambre libre chez lui (ou chambre de service), héberge un étudiant.
Pour l'étudiant, c’est un logement à un prix décent. Pour l’hôte, c’est une présence et un complément de revenu. C'est une rencontre, des moments de partage et de transmission. Le choix de la cohabitation est basé sur les centres d'intérêts communs, le souhait d'un échange culturel ou sur le métier qu'exerce/a exercé le senior qui est en rapport avec le domaine d'études de celui ou celle qu’il accueille.
Homerci et sa fondatrice sont mis à l'honneur par différents acteurs de Neuilly-sur-Seine : la Ville de Neuilly, NeuillyLab et le journal indépendant de Neuilly.
> plus d'informations : 07 61 59 36 83 / www.homerci.fr / pièce jointe à télécharger en bas de page

Mobilité à Paris : Pass Paris Senior

Mobilité à Paris : Depuis juin 2018, le Pass Paris Senior est attribué aux parisiens de plus de 65 ans disposant de moins de 2 028 € de revenus par mois pour une première demande (ligne 14 de la décaration de revenus) soit 200 000 personnes.
Informations au 39 75 (payant) ou au 0 800 800 750 (gratuit depuis téléphone fixe et portable).

Le CCAS

Qu'est-ce qu'un CCAS ?
Le terme désigne un Centre Communal d'Action sociale. Vous trouverez sur ce site, toutes les informations concernant le rôle des CCAS.

Qu'est-ce qu'un conseil des Séniors ?
Il peut aussi s'intituler "Conseil des Sages", "Conseil des Aînés". C'est un organisme consultatif qui siège dans les mairies. Cette assemblée est née de la volonté de permettre l'implication de tous dans la vie citoyenne, et notamment des personnes âgées. Ainsi un senior peut déposer un "voeu" auprès d'un élu.

Si vous avez plus de 60 ans et que ce projet vous intéresse, vous pouvez contacter votre mairie.

Des Maisons des Aînés et des Aidants (M2A)

Les Maisons des Aînés et des Aidants (M2A) :
Il s’agit de lieux ressources où poser toutes les questions liées à l’avancée en âge et à ses difficultés, où obtenir de l’aide. En fonction de la nature de la demande, la personne qui se présente ou qui téléphone reçoit sur place une réponse ou est orientée vers le service compétent.

Fin annoncée des lignes fixes de téléphone
A partir du 15 novembre 2018 fin de la possibilité de souscrire à un abonnement de ligne fixe : néanmoins, les très nombreux abonnés à une ligne traditionnelle (environ 9 millions) pourront continuer à utiliser leur ligne fixe. La future mise hors service des lignes fixes, entre 2023 et 2025 se fera par groupe de communes d’un même département. Les personnes seront prévenues 5 ans à l’avance avec une proposition de solution de rechange afin qu’ils ne restent pas sans téléphone.
Pour ceux qui souhaitent une nouvelle ligne fixe, par exemple en cas de déménagement, 2 possibilités :
- souscrire une offre Internet ADSL ou fibre, plus coûteuse mais incluant Internet et si souhaité la télévision avec de multiples offres comme les enregistrements, les replay etc...
- acheter un modem qui  permet uniquement de téléphoner.
Une restriction : cette nouvelle ligne sera inutilisable en cas de coupure d’électricité, toutefois La Fédération Française des Télécoms (FFT) indiquera quelle solution technique adopter pour les alarmes reliées au téléphone fixe, ceci sans qu’il soit nécessaire de racheter un nouveau matériel.  ATTENTION aux démarcheurs qui pourraient abuser de votre confiance.
Votre opérateur vous renseignera au mieux et gratuitement.
Un site Internet spécialisé.

agevillage se veut : " Le site d'infos des seniors et des aidants". Chaque semaine vous pouvez vous inscrire à sa newsletter agevillage.com
et agevillagepro se veut : "Le site d'infos des professionnels du Bien-Vieillir. vous inscrire à sa newsletter agevillagepro.com

 

CULTURE
Comment apprendre et se cultiver tout en restant chez soi ?

L’UNIVERSITE VIRTUELLE DU TEMPS DISPONIBLE (UVTD)

L’Universite virtuelle du temps disponible invite un conférencier dans votre salon ! En proposant des visioconférences en direct (puis disponibles en replay) et interactives.
Vous pouvez découvrir des sujets aussi variés que : l’histoire de l’art, l’opéra, l’égyptologie, la  littérature, l’astrophysique, l’anglais, l’actualité culturelle, l’histoire…
Les conférenciers sont des professionnels, des universitaires, des enseignants de l’école du Louvre…
Vous pouvez intervenir et leur poser des questions en direct.

L’UVTD propose régulièrement des accès ponctuels gratuits aux membres de OLD'UP, pour des conférences aux thèmes légers, drôles parfois coquins, insolites, inattendus...  Il faut tout simplement  se rendre dans la rubrique contact (https://www.uvtd.fr/contact.html) et indiquer quelles sont les conférences que souhaitez suivre ... ou toutes les conférences bien sûr...!  N’hésitez pas à diffuser l'information et les programmes   

Édith Moigne a été conseillère pédagogique en Arts Visuels durant de nombreuses années. Bénévole, elle anime l’Université Virtuelle du Temps Disponible (UVTD) (vous pouvez télécharger l'interview d'Edith Moigne dans la liste des PDF en bas de page).

En mai 2019 l’UVTD a rendu hommage à Notre Dame en programmant un cycle de conférences dédiées.
En avril 2020 période de crise sanitaire, l'UVDT a offert des adhésions gratuites à OLD'UP.

Adhésion :  www.uvtd.frcontact@uvtd.fr / ou  09 72 44 09 79

Pour en savoir plus, téléchargez les pdf en bas de cette page et/ou visualisez ces videos :
Mutuelle UMC : https://vimeo.com/191354641
France 2 : https://vimeo.com/259148861/a44af4b073

 

VIVRE CHEZ SOI
Rester chez soi le plus longtemps possible... à condition d'être aidé et de s'organiser concrètement !

Vivre chez soi le PAP 

Vivre chez soi : Qu’est-ce que le PAP, plan d’actions personnalisé ?
Comment faire sa demande ? Aides à domicile, aménagements pour une sécurité optimale, adaptation du logement, sorties, suivi post hospitalisation etc…  En cliquant sur le lien ci-dessous vous pourrez lire des informations utiles pour vous et / ou votre entourage. https://www.lassuranceretraite.fr/portail-info/home/retraites/publications-documentation/newsletter/etre-aide-au-quotidien-pour-vivre-chez-soi-le-plus-longtemps-possible.html

En cliquant sur le lien ci-dessous, vous trouverez des informations à propos de l'APA : Allocation à la Perte d’Autonomie qui facilite la mise en oeuvre des aides à domicile, en institution et facilite l’accès au transport Pam
https://www.pour-les-personnes-agees.gouv.fr/beneficier-daides/les-aides-domicile/lapa-domicile

Seniors et adultes en situation de handicap: gratuité du Pass Paris Seniors et Access' depuis le 1er juin – Paris.fr
https://www.paris.fr/actualites/seniors-et-adultes-en-situation-de-handicap-gratuite-du-pass-navigo-des-le-1er-juin-5863

ET 

« Vieux et chez soi »
Une association, amie, qui milite pour une vieillesse libre et assumée jusqu’au bout de la vie. « Vieux et chez soi » s’est constitué pour aider à faire entendre plus fort ce que veulent les personnes âgées, et notamment celles qui craignent de devoir quitter un jour leur « chez soi », pour être institutionnalisées, alors qu’elles ne le voudraient vraiment pas.
"Trop de Vieux partent en EHPAD la mort dans l’âme, souvent pour rassurer leur entourage, ou pire, sans l’avoir voulu. Ils peuvent alors compter la plupart du temps sur un accompagnement de qualité, voire d’une prise en charge optimale notamment sur le plan médical, mais ce n’est pas exactement ce qu’ils avaient en tête… Il peut être difficile de rester chez soi quand on est vieux, très vieux. Il semble alors que la liberté soit davantage déniée. Or ce que craignent ces personnes semble être moins le risque que d’être dépossédé de soi-même...."
Vous pourrez lire la suite en téléchargeant le PDF en bas de page.  Vous pourrez aussi télécharger le bulletin d'adhésion de « Vieux et chez soi ».

Se déplacer PAM 75 (92,93,95.

Pam75 : Mieux se déplacer dans Paris et en Ile-de-France :
Pam75 est un service public réservé aux parisiennes et parisiens à mobilité réduite. Les transports se font dans toute l’Île-de-France pour un trajet de plus de 500 mètres qui commence ou qui se termine à Paris.
https://www.pam75.info/decouvrir-pam75/

Ce service existe aussi dans trois départements limitrophes : 92,93,95.

Aides des Caisses de retraite
Caisses de retraite :
Aide à domicile, aménagement de la maison, soutien aux aidants, repas, sorties, démarches accompagnées, atelier de prévention pour garder la forme. Nous ignorons trop souvent les aides proposées par nos caisses de retraite.
Notre Temps en novembre 2017 informe :
"On ne le sait peu, les caisses de retraite proposent à leurs assurés différentes formes d'accompagnement pour favoriser leur autonomie et pour les aider à mieux vivre au quotidien :
pour vous aider à la maison (aide humaine, portage de courses, service de repas…);
pour vous accompagner dans les démarches administratives (déménagement, changement de domicile, décès d’un proche …);
pour sortir de chez vous (aides à la mobilité, aide aux vacances...);
pour veiller sur votre santé (bilans de prévention, ateliers nutrition, mémoire ou équilibre et prévention des chutes, activités physiques adaptées, soutien psychologique, conseils aux aidants…);
pour vous sécuriser (aménagement de votre logement, équipement d’une télé-alarme…)."

Pour répondre à vos questions ou à celles de vos proches? Qui est éligible? Où se renseigner ? Quels sont les critères de ressources? N'hésitez pas à appeler votre caisse de retraite complémentaire qui vous envoie probablement régulièrement un magazine papier et /ou une newsletter. La CNAV pourra aussi vous informer.

La Santé à domicile 

ANGEL'DOM La Santé à domicile : www.anggeldom.fr  est une société privée, (à but lucratif)  qui propose des soltions humaines et technologiques pour pouvoir vieillir chez soi; hello@anggeldom.fr  06 62 37 29 24

Les Opticiens Mobiles ont créé le premier réseau national d'opticiens mobiles. Des coordinateurs en santé visuelle se déplacent à domicile et en résidences collectives: www.lesopticiensmobiles.com  04 82 90 49 82

 

MOINS D'AUTONOMIE, BESOIN D'AIDE
Perte d'autonomie, nécessité d'envisager un établisement d'accueil pour personnes âgées... Un accompagnement est possible.

Recherche d'un établissement

Besoin d’être guidé dans la recherche d'un établissement d'accueil pour personnes âgées ?
Rechercher un établissement d’accueil pour personnes âgées, c’est entreprendre une démarche souvent laborieuse, toujours engageante.
Le service ORIZEA des caisses de retraite complémentaire Agirc-Arrco vous aide à évaluer vos besoins, vous conseille sur les solutions à envisager, et vous informe sur les coûts et les aides à solliciter.
Les personnes à l'écoute de ORIZEA proposent des orientations adaptées à la particularité des demandes et peuvent accompagner les situations difficiles. Vous pouvez les joindre au 09 72 72 23 23.  Numéro Cristal NON SURTAXE du lundi au vendredi 8h30 à 17h30.

Habilitation familiale
L'Habilitation familiale
Sous la houlette de l' "Espace Ethique de l'A.P.H.P."  placé au niveau de la Région IdF (*) s'est tenue le 13 décembre 2017 chez Korian – Les Amandiers – Paris 20ème,  une "Table-Ronde" sur le thème "Etre auteur(e) de sa vie sous tutelle : enjeux et perspectives", animée par Frédérique DEBRAY, psychologue.
Des "cas d’école"  ont été présentés et des Résidents sont intervenus pour donner des exemples où les décisions de justice n’avaient pas exactement tenu compte de leur état de santé et des appels avaient dû être interjetés.
A côté des sauvegardes de justice habituelles : curatelle simple, curatelle renforcée, tutelle ont été évoquées des mesures plus faciles à mettre en place comme l' "Habilitation familiale" ou "Mandat de  protection future".
En bas de page, vous trouverez une notice PDF UTILE qui trace le contour de l’Habilitation familiale.
Il s'agit d'une décision / dispositions accompagnées par un "Mandataire judiciaire" en parallèle aux Directives anticipées.

 

Cliquez sans hésiter, sur une de ces références pour en savoir plus…
Si vous êtes membre de OLD’UP, vous pouvez, en bas de cette page, lire les 5 commentaires et vous-même participer en déposant votre avis.